Animaux sauvages

DruckversionPDF version

Lorsque l’on effectue une recherche en ligne sur le gibier, on obtient étonnamment beaucoup de résultats en lien avec la chasse. Les gens admirent certes la grâce des chevreuils et la robustesse majestueuse du cerf, mais ils ne sont pas pour autant prêts à renoncer aux civets et autres ragoûts. 
Or, les chevreuils, les sangliers et les autres habitants de la forêt sont des êtres vivants sensibles, qui élèvent leurs petits avec amour, entretiennent des relations sociales et sont capables de ressentir la douleur. Malgré cela, chaque année, des millions d’entre eux sont traqués et tués par des chasseurs. Les animaux sauvages font partie intégrante de la nature et ont droit à la vie et au respect de leur intégrité.
La chasse est une activité cruelle : durant les battues, le gibier paniqué est pris en embuscade avant d’être mené peu à peu à portée de tir des chasseurs. Il n’est pas rare qu’un animal blessé s’échappe alors qu’il a été touché et termine sa vie dans des douleurs atroces.1

Chevreuil

Faits intéressants

  • Le chevreuil n’est pas un cerf juvénile. Il est le représentant mâle, aussi appelé brocard, d’une autre espèce, dont la femelle n’est pas la biche, mais la chevrette.

  • Les chevreuils n’ont pas de queue, contrairement aux cerfs pourvus d’une courte queue brune.

  • À l’instar des vaches, les chevreuils sont des ruminants disposant de quatre estomacs.

  • Les mâles perdent leurs bois chaque année en automne. Ceux-ci repoussent ensuite jusqu’au printemps suivant. La femelle, quant à elle, n’a pas de bois.

  • Le chevreuil aboie. En effet, son cri ressemble à s’y méprendre à celui d’un chien. Le faon n’émet que de faibles piaulements.2

  • Les chevreuils peuvent bondir jusqu'à 2 mètres de haut et jusqu’à six mètres en longueur. Ils peuvent atteindre des pointes de vitesse comprises entre 90 et 100 km/h et tiennent facilement une vitesse de 40 km/h sur de longues distances.3

  • Les principaux prédateurs du chevreuil sont les carnivores (renard, loup et lynx). Toujours sur le qui-vive, le chevreuil prend la fuite en quelques bonds dès qu’il repère un danger et cherche à s’abriter dans les sous-bois.4 5 6

Infos

Le chevreuil est le plus petit, mais aussi le plus répandu, des représentants de la famille des cervidés en Europe. Il est très présent en Suisse notamment. Il se reproduit durant l’été. On peut alors entendre l’aboiement des mâles, le soir, au loin dans la forêt. Ce faisant et de préférence au crépuscule, ils défendent et affirment leurs droits territoriaux. Les femelles mettent bas au printemps. Une portée compte en règle générale deux faons qui passeront plusieurs semaines cachés dans les herbes hautes ou dans les broussailles. Leur pelage moucheté leur assure un excellent camouflage. La femelle ne retourne auprès de ses petits que pour les nourrir. 
Les chevreuils sont de véritables gourmets : ils se nourrissent de nombreuses plantes qu’ils sélectionnent avec soin. Ils privilégient les variétés les plus digestes et riches en nutriments. Outre les herbes aromatiques et fraîches, leur menu comprend aussi les jeunes pousses de buissons et d’arbres. 7

 

Cerf

Faits intéressants

  • Durant la tétée, le petit émet, en rythme, de petits bruits nasaux qui témoignent de son bien-être. 8
  • Les cerfs et les chevreuils appartiennent à deux espèces distinctes !
  • Pour constituer ses bois, le cerf réalise une véritable prouesse physiologique : il produit chaque jour jusqu’à 150 grammes de masse osseuse. 9
  • Les bois que les diverses espèces de cervidés perdent, servent de nourriture aux rongeurs.
  • Les cerfs peuvent orienter séparément chacune de leurs oreilles. Ils sont ainsi à même de localiser très précisément d’où provient un bruit.

Infos

Il existe plus de 50 espèces de cervidés dans le monde. Le cerf élaphe, le daim, le chevreuil, le renne et l’élan, que l’on trouve aussi en Europe, appartiennent tous à cette famille. Le terme « cerf » se rapporte la plupart du temps au cerf élaphe. L’élan est le plus grand et le plus lourd parmi les cervidés, alors que le pudu du Sud en est le représentant le plus petit. Il vit dans les régions montagneuses d’Amérique du Sud et ne dépasse guère la taille d’un chien.10

Un cerf mâle adulte pèse entre 170 et 220 kilos, le double d’un bouquetin et huit fois plus qu’un chevreuil. Malgré sa petite taille, la biche peut atteindre le poids de 90 à 130 kilos. Le cerf élaphe ne porte son pelage roux qu’en été. En automne, il le troque contre une robe grise tirant parfois sur le brun.

Le cerf est un animal grégaire. Hormis durant la période des amours, les individus vivent en troupeaux selon leur genre. Les femelles se regroupent avec leurs petits (ceux de l’année précédente en font également partie). La biche la plus expérimentée mène le troupeau. 9

Quelques semaines avant la mise bas, les femelles portantes quittent provisoirement le groupe à la recherche d’un emplacement bien caché. En règle générale, elles ont un seul petit qu’elles allaitent et cachent plusieurs semaines dans les broussailles. Deux petites bosses, la naissance des bois, apparaissent sur la tête des petits mâles peu de temps après la naissance déjà. 11

En hiver, les cerfs évitent toute activité inutile. Leur fréquence cardiaque diminue drastiquement par rapport à la période estivale. Parfois, le cœur ne bat plus que 30 fois par minute. Les jambes et les parties externes du tronc sont à peine irriguées. Cela fait baisser la température corporelle dans ces zones à 15 degrés au lieu de 37 en temps normal. Les cerfs se comportent donc comme des animaux en hibernation, sauf que cet état d’engourdissement ne dure que neuf heures au maximum. Ils hibernent pour ainsi dire par intermittence. 
Ce repos hivernal n’est possible que si les animaux se sentent totalement rassurés. À chaque fois qu’ils doivent fuir, leur corps doit passer subitement de ce biorythme en mode économie à l’état d’alerte. C’est la raison pour laquelle il est impératif que les cerfs disposent de lieux de retraite où ils peuvent passer l’hiver sans être dérangés. 9

 

Sanglier

Faits intéressants

  • Les sangliers se roulent quasi quotidiennement dans la boue et se frottent ensuite avec insistance contre les troncs d’arbres. 

  • Les sangliers vivent en petits groupes appelés hardes ou compagnies menés par l’individu le plus âgé et le plus expérimenté de la bande. 

  • À la force de son groin, le sanglier retourne la terre et la fouille pour y trouver sa nourriture.

  • Omnivores, les sangliers mangent de tout, des champignons aux rhizomes en passant par les souris et les tritons. 

  • La période des amours chez les sangliers s’appelle « le rut ». 

  • Les petits, si mignons avec leur pelage à rayures, sont appelés « marcassins ».

Infos

Avec son corps trapu, son poil dru et son groin, le sanglier, l’ancêtre de notre cochon domestique, est facile à reconnaître. Ce que l’on ne voit pas de prime abord, c’est son formidable sens de l’odorat. Contrairement à de nombreux autres animaux sauvages, le sanglier compte peu sur sa vue. Ses petits yeux lui permettent certes de voir même au crépuscule, mais pas de distinguer les couleurs aussi bien que les humains. Pour éviter toute blessure durant la fuite par les sous-bois, les yeux sont implantés profondément dans le crâne et entourés de la masse osseuse solide du crâne et de la région malaire. Longs et sensibles, les cils servent également à protéger les yeux : à peine l’un d’entre eux entre-t-il en contact avec une branche dans la broussaille, que cela déclenche un réflex de clignement.
Le sanglier est très certainement le plus polyvalent des animaux sauvages. Il se nourrit aussi bien de fruits frais et de céréales que d’herbes ou de restes animaux. La période de reproduction va de novembre à janvier. Après une gestation d’environ quatre mois, la laie met bas, au printemps, une portée d’en moyenne six marcassins. En théorie… car, dans la nature, les hivers de plus en plus doux et l’abondance de nourriture font que les marcassins femelles atteignent leur maturité sexuelle en quelques mois et que les sangliers s’accouplent désormais presque toute l’année.12

Les sangliers qui peuplent nos forêts sont impressionnants. Les mâles, les quartaniers, mesurent jusqu’à 1,10 au garrot et peuvent atteindre le poids de 150 kilos. La laie pèse environ moitié moins. Malgré leur poids, ils sont capables de courir très vite lorsqu’ils se sentent menacés. Les mâles sont pourvus de canines proéminentes pouvant mesurer jusqu’à 20 centimètres. Les canines du haut frottent contre celles du bas pour permettre au sanglier de broyer sa nourriture. Ainsi aiguisées, elles constituent des armes redoutables. La prudence est de mise si l’on se retrouve face à un sanglier au crépuscule à l’orée d’un bois. Une laie qui défend ses petits peut devenir vraiment dangereuse.13

Dernière mise-à-jour: 11.11.2020
Notes de bas de page:
  1. Wildfleisch, Peta, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  2. Le chevreuil, Ceillac, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  3. Chevreuil, Wikipedia, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  4. Das Reh, Natürlich Jagd, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  5. Das Reh, Wildtier 2019, 23 Spots Wilderness, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  6. Unser Wild, Das Reh, Forst erklärt, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  7. Reh, Tierpark, zuletzt aufgerufen am 28. Oktober 2020
  8. Rothirsch, Wikipedia, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  9. Animal de l’année 2017, pronatura, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  10. Hirsche, Klexikon, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  11. Der Hirsch, Biologie Schule, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  12. Wildschwein Steckbrief, Deutsche Wildtier Stiftung, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
  13. Richtiges Verhalten bei einem Wildschweinangriff, t-online, zuletzt aufgerufen am 11. November 2020
+ d'infos:

​​​​​​Zurück zur Kampagne "Tierfreunde essen anders"