Straight Edge

DruckversionPDF version
cordes

Dans son entretien avec Swissveg, Filip de « Storm of Justice » explique ce qu'est le vegan straight edge.

« Storm Of Justice », c'est qui, c'est quoi ?

Fondé en août 2004, c'est principalement un label sous lequel je produis des albums et des CD de groupes vegan straight edge de mon entourage. Je m'occupe aussi de distribuer et de commercialiser les produits de plusieurs groupes vegan straight edge.
Pour ma part je considère que « Storm of Justice » est autre chose qu'un simple label de musique. Mon objectif principal, est de faire passer le message vegan straight edge. En cela, « Storm of Justice » est en quelque sorte mon arme dans la lutte en faveur des animaux et de la Terre.

Que signifie straight edge ?

En très résumé, straight edge signifie mener une vie sans drogues. Des poisons tels que l'alcool et le tabac sont évidemment aussi considérés comme des drogues. Ce que de nombreux adeptes du straight edge négligent depuis le temps et qui faisait partie de la philosophie du mouvement au départ, c'est le rejet du sexe pour le sexe autant que le refus des drogues. Le straight edge vise à développer une attitude positive face à sa propre vie et à son propre corps, à prendre sa vie en main et à prendre ses propres décisions.

D'où ce mouvement nous vient-il ?

Nous ne savons pas à 100% qui a inventé le straight edge. On part généralement du principe que le mouvement a été lancé par le groupe américain « Minor Threat ». Les membres de ce groupe en ont eu assez de l'omniprésence des drogues et des discours nihilistes qui prévalaient au sein du milieu punk à cette époque. Dans les clubs, il était d'usage de tracer un X sur le dos de la main des jeunes n'étant pas encore en âge de consommer de l'alcool pour que le barman sache qu'il ne devait pas vendre de boissons alcoolisées à ces personnes. Le straight edge s'est servi de ce symbole et, aujourd'hui encore, de nombreux adeptes du straight edge dessinent un X sur leur main pour indiquer leur appartenance au mouvement.

La plupart des personnes n'auront encore jamais entendu parler de ce mouvement. Quel est son degré de notoriété et à qui s'adresse-t-il ?

Contrairement aux années 90, lorsqu'il comptait un grand nombre d'adeptes, le straight edge est largement méconnu aujourd'hui. En vérité, le terme straight edge n'est vraiment compris que dans le milieu hardcore. Seules les personnes qui s'intéressent à cette musique en connaissent la signification, pour autant qu'ils l'aient déjà entendu. Cette philosophie peine donc (malheureusement) à sortir de l'ombre. Cela vaut en particulier pour la Suisse, où fumer est encore et toujours considéré comme « cool ». À mon avis, les mesures de prévention restent bien trop timides dans notre pays. Je précise en outre qu'il n'est pas possible de se dire straight edge un week-end et de se traîner à moitié soûl d'une discothèque à l'autre la semaine suivante. Dans le mouvement straight edge, il est très important de respecter l'engagement que l'on prend de suivre ce mode de vie. Les personnes qui ne s'y tiennent pas et « replongent » ne sont pas bien vues (et c'est un euphémisme) par les autres membres du mouvement.

Le straight edge est-il réservé aux jeunes ou compte-t-il aussi des adeptes plus âgés ?

Le straight edge est lui-même très récent. Bien sûr, certaines personnes sont straight depuis vingt ans. Malheureusement, il n'est pas rare que des adeptes décident de reprendre un mode de vie qu'ils considèrent comme plus « normal » après quelques années. C'est un point qui soulève beaucoup de questions au sein du mouvement. La scène straight edge est par ailleurs divisée sur sa définition même. Ainsi, beaucoup de personnes straight edge pensent que le refus de la drogue suffit. Les aspects liés à la vie sexuelle n'entreraient plus en ligne de compte. Un autre point qui fait débat est de savoir s'il faut considérer ou non le straight edge comme un choix personnel, autrement dit, s'il est acceptable de travailler ou de cotoyer des personnes qui ne sont pas straight edge. Les avis divergent.
Pour en revenir à la question concernant l'âge des adeptes : le straight edge est un mouvement de jeunes. Nous verrons combien d'entre eux resteront fidèles à leur engagement au cours des prochaines décennies.

Quel est le lien entre le straight edge et l'alimentation végétale ? Toutes les personnes straight edge sont-elles végétariennes ?

Il n'y a aucun lien, fondamentalement. On observe toutefois que le mouvement compte beaucoup d'adeptes végétariens ou véganes, surtout en Europe.

Lorsque l'on pense à un végétarien ou à un végane, on l'imagine plutôt en train d'écouter de la musique douce voire méditative. Or, le son straight edge est à l'opposé de cette image. Comment se fait-il que les personnes straight apprécient en particulier cette musique rock puissante ? 

Je ne pense pas que ces deux choses soient liées. Moi non plus, je n'écoute pas que du hardcore. Étant donné que le mouvement est né du milieu de la musique hardcore, c'est aussi là que la plupart des personnes straight edge sont entrées en contact avec cette philosophie pour la première fois. On peut affirmer que la scène straight edge est un dérivé de la scène hardcore, du moins pour ce qui est de ses débuts. Depuis, les deux groupes ont tendances, en Suisse, à suivre leur propre voie. Chacun en aura sa propre perception, mais mes amis vegan straight edge proches et moi-même ne sommes plus du tout liés au milieu hardcore traditionnel.
Ce qui nous distingue peut-être des véganes « standard » est notre positionnement plus intransigeant. Nous sommes tous résolument d'avis que le véganisme n'est pas un choix personnel. De nos jours, être végane n'est vraiment pas un problème. Aucun argument contre le véganisme ne tient. Comme beaucoup, je ne suis pas né végane. Je considère toutefois que se renseigner un minimum sur ce que l'on mange ne demande pas un effort surhumain. Nous ne sommes pas des véganes devenus straight edge. Les deux ne font qu'un. À nos yeux, il n'est pas possible de faire marche arrière.
La force de nos convictions, notre esprit de solidarité et notre attitude offensive et décidée ont de quoi intimider certaines personnes, car aucun argument n'est susceptible de contrer les nôtres. J'invite tous ceux qui auraient ne serait-ce qu'un seul argument raisonnable en faveur de la consommation de viande à me contacter.

Quelle est votre relation aux groupes hardcore conventionnels ? Recherchez-vous le contact ou les différences sont-elles trop importantes ?

Cela dépend des personnes. Dans le cadre de Storm Of Justice (et en général), je ne travaille qu'avec des groupes vegan straight edge. Qu'il s'agisse de hardcore, de rap ou d'autres styles de musique ne joue aucun rôle. Il est essentiel que je m'entende bien avec les membres des groupes avec lesquels je collabore. Mon objectif n'est pas de produire un maximimum, car je sais que je ne pourrai jamais vivre de ce label. Ce n'est d'ailleurs pas mon but. Avec Storm Of Justice, je cherche avant tout à diffuser le message vegan straight edge, à mettre la scène au service de la scène pour ainsi dire, et non à gagner ma croûte. C'est la raison pour laquelle les textes revêtent une importance cruciale à mes yeux : si un groupe n'a rien à dire, il ne m'intéresse pas, et ce même si leur musique est géniale. 

Vous vous engagez aussi dans la lutte contre la souffrance animale. Quelles formes prend votre action pour la libération des animaux concrètement ?

Comme je l'ai mentionné, j'accorde une grand attention aux textes des groupes. Je suis d'avis que l'on peut atteindre un grand nombre de personnes par la musique et c'est précisément mon intention : éveiller l'intérêt du public et les informer pour leur ouvrir les yeux.
Dans cette optique, j'ai donc ajouté à mon propre site Internet, www.veganstraightedge.ch, des liens vers des sites véganes, de libération des animaux et straight edge. De plus, les dépliants de Storm Of Justice indiquent toujours une liste de liens d'information, tels que www.veganoutreach.org, ou d'organisation que je considère comme dignes de soutien. Ma boutique en ligne propose aussi une série de dépliants gratuits à distribuer. J'agis également à titre personnel, comme beaucoup d'autres véganes : je discute et parle souvent avec les gens, je m'informe, lis des ouvrages sur le sujet pour élargir mon savoir dans le domaine, etc.

Le simple fait d'être végane et de s'engager en faveur des droits des animaux est souvent perçu comme extrême. Si, en plus, on apprécie la musique hardcore, on passe pour un cinglé, non ? Comment ton entourage réagit-il à ton mode de vie ?
Les gens qui me connaissent peu peinent à croire que je suis végane. Certains ne savent même pas ce que signifie « être végane ». Le public ignore que la production d'œufs coûte chaque jour la vie à des milliers d'êtres vivants ou pourquoi il est faux de penser, comme l'industrie tente de nous le faire croire, que le lait de vache (!) est indispensable à la croissance. C'est précisément là que réside le problème à mon sens : les consommateurs ne s'intéressent généralement pas au contenu de leur assiette. La saucisse provient du réfligérateur industriel et les pâtes ne peuvent pas être fabriquées sans œufs. Lorsqu'on leur annonce, par-dessus le marché, que l'on est résolument contre la consommation d'alcool ou de toute autre drogue, on est étiqueté comme extrêmiste. On m'a même demandé si le straight edge était une secte, ce qui est absolument faux puisqu'on n'adhère à aucune organisation et qu'on ne suit aucun gourou.
Il en va de même pour la musique. Le grand public ignore ce qu'est le hardcore. Mes interlocuteurs me regardent avec de grands yeux lorsqu'ils apprennent quelle genre de musique j'écoute. Pour faire simple, je leur réponds « du métal » ou « du hard rock », ce qui n'est pas vraiment juste. Mon mode de vie ne correspond probablement pas à celui que l'on attend d'un jeune « normalement constitué ». Malgré tout, aucun d'entre nous n'aimerait changer de vie, d'autant plus que nous sommes très peu nombreux. Cela nous rapproche. Nous sommes vegan straight edge pour toujours.

Où le mouvement en est-il maintenant ? As-tu l'impression que l'intérêt pour le mode de vie straight edge est en augmentation ou notes-tu plutôt un désintérêt ?

Le mouvement vegan straight edge jouit plutôt d'une popularité croissante. Ces derniers mois, dans notre petite Suisse, plusieurs jeunes nous ont rejoints. À l'étranger aussi, le nombre d'adeptes croît, ce qui est très réjouissant. Mais il faut que cela se poursuive. Je continue d'espérer que nous sommes les instigateurs d'un nouveau monde, un monde dans lequel aucun être vivant innocent ne doit souffrir et mourir pour flatter l'égoïsme odieux des humains. Cela peut sembler utopique, mais il faut bien un objectif pour se motiver au combat.

Renato Pichler

Trad. E. Campana

Dernière mise-à-jour: 28.04.2019
+ d'infos: