Arrêter de manger du poisson – pourquoi ?

DruckversionPDF version

Les océans couvrent la majeure partie de la surface de la terre : 71% de la planète sont recouverts d'eau et 74% des espèces sont aquatiques. Les océans sont essentiels à la stabilité de notre climat et de notre météorologie. Mais l'avenir de ces écosystèmes uniques est en grand danger.

Nos océans sont en danger

Exploitation impitoyable de la mer

Nous surexploitons pleinement la mer. Par exemple, à cause de la surpêche - 90 % des stocks de poissons mondiaux sont utilisés au maximum ou sont déjà surexploités. Le déclin de la diversité biologique est particulièrement préoccupant. La mer absorbe plus qu'elle ne peut supporter : gaz à effet de serre, lisier et engrais, déchets plastiques, pollution par le pétrole et bien plus encore. La destruction des écosystèmes marins est le résultat. 1

2

La consommation de produits de la pêche a fortement augmenté au cours des dernières décennies. En Suisse, elle est passée d'un peu moins de sept à neuf kilogrammes par personne et par an en 30 ans. La part de la pêche commerciale suisse dans la consommation totale de produits de la pêche est d'environ 2%. Cela signifie que 98% du poisson consommé en Suisse est importé de l'étranger ou est élevé ! La demande de poissons indigènes sauvages dépasse l'offre. Les importations annuelles totales, constituées principalement de poisson de mer, de fruits de mer, de saumon, de poisson d'eau douce et de caviar, sont passées de 46 000 tonnes à 74 000 tonnes. En même temps, les captures des pêcheurs professionnels suisses ont diminué, passant d'environ 3'000 tonnes à 1'500 tonnes par an. 3 4 

Les gens tuent 60 milliards d'animaux terrestres chaque année. On tue 17 fois plus de poissons que d'animaux terrestres.5  Que faut-il faire ? Il est nécessaire d'agir aux niveaux politique, économique et individuel. Les plans d'eau doivent être constamment mis à niveau et renaturalisés. Une réduction de l'élevage, en particulier lorsque les eaux sont très importantes, réduit les apports indésirables de pesticides et d'engrais, favorise la diversité biologique, est dans l'intérêt de l'approvisionnement en eau potable et accroît l'attractivité des plans d'eau comme zones de loisirs.

Environnement

Pollution des eaux – pollution des mers

La pollution plastique des océans fait partie de notre quotidien depuis un certain temps déjà. Dans la discussion sur le problème du plastique, cependant, la principale cause de la pollution plastique des océans n'est pas prise en compte : la pêche en tant que principale source de déchets plastiques flottant dans les océans.6 7

«The Great Pacific Garbage Patch»

« The Great Pacific Garbage Patch » est la plus grande zone flottante d'ordures au monde. Elle est situé entre Hawaii et la Californie et est souvent décrite comme "plus grande que le Texas". L'écusson a été découvert en 1997 par Charles Moore, un marin qui naviguait à travers un mélange de bouteilles de plastique flottantes et d'autres déchets en direction de Los Angeles. Une étude publiée dans Scientific Reports a révélé que la plupart des 79 000 tonnes de plastique provenant de l'immense île de plastique sont des résidus de pêche (filets, cordes, pièges, caisses, paniers et autres) - contrairement aux bouteilles ou emballages en plastique. Les microplastiques ne représentaient que 8 % de la quantité totale de la Great Pacific Garbage Patch, tandis que les filets de pêche comptaient pour 46 % et que la majeure partie du reste était constituée d'autres engins de pêche.
Les filets fantômes - des filets de pêche qui ont été délibérément jetés ou perdus - dérivent dans les océans, étranglant ou blessant baleines, dauphins, phoques ou tortues. On estime à 100 000 le nombre d'animaux marins tués ou blessés chaque année par ces plastiques.8 

Ce n'est donc pas le renoncement à la paille de plastique qui est le moyen logique de lutter contre la pollution plastique des océans, mais le renoncement aux animaux marins ! Les pailles représentent 0,03 % du plastique qui, selon les estimations, pénètre chaque année dans les océans, tandis que les filets de pêche représentent 46 %.9 

Pailles vs. pêche

  • 90% des oiseaux de mer ont du plastique dans l'estomac.
  • 1 mammifère marin sur 3 s'emmêle dans les ordures dans la mer.
  • Plus de 8 millions de tonnes de plastique finissent dans la mer chaque année.
  • Les microplastiques ne représentent que 8 % de la quantité totale de la Great Pacific Garbage Patch, tandis que les filets de pêche représentent 46 % - et la majeure partie du reste est constituée d'autres engins de pêche.

Alors, pourquoi exerce-t-on une telle pression pour abandonner les pailles alors qu'il n'y a que très peu ou pas de résistance à la pêche et à la consommation de poisson ?

Écologie des eaux suisses : manque d'oxygène

En tant que véritable « château d’eau » d’Europe, la Suisse dispose de vastes ressources en eau. Des fleuves tels que le Rhône, le Rhin, le Tessin et l'Inn sont originaires des Alpes suisses et revêtent une grande importance pour le continent européen. La présence de lacs profonds et froids, qui abritent une faune et une flore uniques, est commune à tous les bassins fluviaux de Suisse. C'est pourquoi la Suisse a une responsabilité importante, non seulement pour préserver la biodiversité aquatique et la qualité de l'eau sur son territoire, mais aussi au-delà de ses frontières. Une grande diversité naturelle d'habitats et d'espèces - en particulier d'espèces de poissons comme le corégone - est propre aux eaux suisses et est particulièrement menacée. Les corrections et les structures des eaux, les résidus d'engrais et de pesticides agricoles, les autres micropolluants des ménages et de l'industrie et l'utilisation de l'énergie hydraulique ont un impact considérable sur les eaux.

L'état des eaux suisses est également critique en raison de l'impact croissant du changement climatique et de l'émergence d'espèces exotiques. En Suisse, au moins 63 espèces de poissons sont considérées comme indigènes. De ce nombre, huit espèces sont déjà éteintes, six sont menacées d'extinction, cinq sont gravement menacées et 13 sont en voie de disparition.10 Aujourd'hui, 58 % des poissons indigènes figurent sur la Liste rouge des espèces menacées d'extinction.11 Les habitats aquatiques sont les plus gravement menacés de tous les habitats.12 13 14 Outre les poissons, les insectes aquatiques sont particulièrement touchés. Le déclin des insectes a un impact direct sur les poissons, car ils représentent leur principale source de nourriture. Dans les zones agricoles, les ruisseaux en particulier sont contaminés par un grand nombre de pesticides. C'est problématique parce que les ruisseaux ont une grande importance écologique en tant que frayères et habitats pour les poissons juvéniles.

Surfertilisation et aération artificielle 

La plupart des grands lacs suisses sont naturellement pauvres en nutriments. À partir des années 1950, les concentrations d'éléments nutritifs dans les lacs ont fortement augmenté. Cela a entraîné la prolifération d'algues, ce qui a entraîné des pénuries d'oxygène et la mort de poissons. Bien qu'il ait été possible depuis le milieu du siècle dernier, grâce à la construction de stations d'épuration des eaux usées, à l'interdiction des phosphates et à la réglementation agricole, de réduire les importantes charges artificielles en nutriments dans les masses d'eau, les exigences de l'Ordonnance sur la protection des eaux relatives aux concentrations minimales en oxygène ne sont pas encore remplies dans la moitié des 20 plus grands lacs suisses.15  La surfertilisation massive des eaux joue un rôle direct. Les lacs sont massivement surfertilisés, surtout dans les zones d'élevage ou d'agriculture intensive. Les lacs du Mittelland tels que le lac de Sempach, le lac de Baldegg et le lac de Hallwil doivent être ventilés artificiellement avec beaucoup d'argent. Dans une bonne moitié des lacs qui ne répondent pas aux exigences de l'Ordonnance sur la protection des eaux, les intrants agricoles sont les principaux responsables.16 17 

Nous avons mené un entretien avec Franziska Herren de l’initiative Pour une eau potable propre. Elle nous explique ce qu’il en est de la santé des lacs de Suisse et de leur aération artificielle :

Eutrophisation

L'accumulation de nutriments dans un écosystème - appelée eutrophisation - a des conséquences dévastatrices pour l'eau. Les éléments nutritifs provenant de l'agriculture, en particulier l'azote et le phosphore, sont rejetés dans les plans d'eau. L'augmentation de la teneur en éléments nutritifs de l'eau.18  Cette augmentation de la teneur en éléments nutritifs représente un aliment ou un engrais pour les plantes présentes dans l'eau et entraîne une croissance accrue des plantes.19  En raison de la croissance accrue des algues et des bactéries, la teneur en oxygène de l'eau diminue et l'écosystème aquatique affecté bascule dans un état hostile où la vie est devenue impossible. Se développent des "zones mortes" - les zones mortes.20

L'accumulation de nutriments par l'agriculture est un danger non seulement pour les eaux immédiates, mais aussi pour les océans. L'excès d'azote et de phosphore, par exemple, pénètre dans les océans par le Rhin et contribue à l'eutrophisation des écosystèmes marins et donc à des conditions mettant en danger la vie de la flore et de la faune marines.21 De telles zones mortes sont déjà présentes aujourd'hui. Il y a beaucoup de ces zones appauvries en oxygène dans l'océan.22  De nombreux écosystèmes menacés sont appauvris en nutriments dans leur état d'origine. Leur eutrophisation entraîne le déplacement d'espèces typiques, souvent menacées, d'espèces plus tolérantes à l'azote dans ces habitats. En conséquence, la composition par espèce des différents habitats devient de plus en plus similaire. Des habitats uniques et des services éco-systémiques associés disparaissent, y compris en Suisse.23  La majorité des excédents d'azote dans les masses d'eau sont dus aux taxes sur les engrais provenant des cultures agricoles.24 Les composés azotés non seulement surfertilisent les écosystèmes et sont donc l'un des principaux facteurs de perte de biodiversité, mais contaminent également les eaux souterraines et donc notre eau potable.25  De nombreuses ressources en eaux souterraines des zones d'élevage intensif sont contaminées par les nitrates et les pesticides.26 Les concentrations dans les eaux souterraines sont au-dessus du niveau autorisé sur 15% des sites de surveillance dans principalement les zones à culture. Si, en plus des nitrates, des composés azotés comme les nitrites et l'ammoniac atteignent les eaux de surface, même de faibles concentrations sont toxiques pour les poissons et ont un effet négatif sur leur développement et leur reproduction.27 

  • Les transgressions les plus importantes se trouvent dans le Mittelland dans les zones de production animale intensive.28 
  • L'apport d'azote dans le sol y est donc élevé, et les petits et moyens cours d'eau sont les plus pollués par les nutriments et les pesticides.29 
  • Avec le cheptel actuel et l'utilisation prédominante d'engrais minéraux et de pesticides, l'agriculture affecte la diversité biologique, la qualité de l'air et de l'eau ainsi que le climat. Elle dépasse donc les limites de la durabilité écologique.30 
  • De nombreuses ressources en eaux souterraines dans les zones d'élevage intensif sont contaminées par les nitrates et les produits de dégradation des pesticides.31 
  • Les apports d'azote dans les eaux suisses ont également un impact sur la pollution de la mer du Nord.32 
  • Réchauffement planétaire : La température de l'eau dans les eaux de surface n'a cessé d'augmenter depuis le début des mesures en 1963. Plus la température est élevée, moins l'oxygène se dissout dans l'eau. De plus, les grands lacs se mélangent moins fréquemment ou complètement en raison du réchauffement, ce qui rend plus difficile l'approvisionnement en oxygène des eaux profondes.33 

Écologie des eaux internationales

Océan, sauveteur du climat ?

La conservation de nos océans est nécessaire non seulement en raison de la diversité des espèces, mais aussi parce que l'océan apporte une contribution majeure à la lutte contre le réchauffement climatique. L'océan absorbe actuellement un quart du CO2 libéré dans l'air. Ceci est dû à un gradient de concentration entre l'air et la mer : si la teneur en dioxyde de carbone de l'air augmente, l'océan suivra dans une certaine mesure et absorbera également de plus grandes quantités de gaz afin de rétablir son équilibre. Plus l'eau est froide, plus le processus est efficace. La majeure partie du CO2 ainsi stocké depuis le début de la révolution industrielle ne remontera probablement à la surface que dans les siècles à venir. Une partie est même déposée en permanence dans les sédiments des fonds marins. Ainsi, l'océan ralentit considérablement le changement climatique. La capacité de l'océan à stocker le CO2 n'est cependant pas illimitée et fluctue.34 

Non seulement l'océan nous absorbe une part considérable du CO2, mais la chaleur supplémentaire générée par l'effet de serre anthropique est également presque entièrement absorbée par l'océan. À savoir un étonnant 93% au cours des 40 dernières années. La chaleur est, pour ainsi dire, garée dans l'océan et se répand lentement dans les couches profondes. En raison de cette énorme absorption de chaleur par les océans, l'élévation de température à la surface ne se développe qu'au ralenti.35 

Fournisseur d'oxygène No. 1: Phytoplancton

Le phytoplancton est consommé par le zooplancton et par de nombreux animaux vivant au fond des eaux intérieures et des mers. Le phytoplancton est responsable de la production d'une grande partie de l'oxygène de l'atmosphère - selon diverses estimations, la proportion produite par le phytoplancton est d'environ la moitié36, voire de 70 à 80%. Principalement en raison de la hausse des températures de la mer, la quantité de phytoplancton marin a diminué de 40 % depuis 1950.37 38 Les scientifiques rapportent que la plupart des déclins du phytoplancton se sont produits dans les régions polaires et tropicales et dans les océans ouverts, où la production de phytoplancton est la plus élevée. L'élévation des températures à la surface de la mer est en corrélation négative avec la croissance du phytoplancton, en particulier près de l'équateur. Le phytoplancton a besoin à la fois de la lumière du soleil et des nutriments pour pousser.39

Destruction des habitats

Tout comme dans l'élevage du bétail, une partie de la forêt tropicale est défrichée afin de créer des pâturages pour les animaux, des centaines de milliers d'hectares de forêts de mangroves sont irrémédiablement détruits pour les élevages de poissons et de crevettes. Entre 1980 et 2005, 20% des forêts de mangroves du monde ont déjà été détruites par l'intervention humaine, dont plus de la moitié (52%) est due à l'établissement d'aquacultures.40  Ces zones d'eau écologiquement précieuses sont l'habitat de nombreuses espèces de poissons, oiseaux et autres animaux qui sont tués, déplacés ou séparés de leur famille. Cependant, les forêts de mangroves ne sont pas seulement une zone protégée pour de nombreux animaux : les forêts densément peuplées servent aussi à protéger les populations ou à atténuer les catastrophes naturelles telles que les tsunamis.41 

Surpêche, extinction des espèces

Au niveau mondial, la pêche affecte l'équilibre fragile de l'écosystème marin et réduit la capacité de l'océan à agir en tant que puits de carbone qui guérit le climat. Les recherches menées depuis 2006 donnent à penser qu'il n'y aura peut-être bientôt plus de stocks de poissons dits commerciaux dans la mer, le dernier étant susceptible de disparaître d'ici 2048.42 Qu'est-ce que cela signifie pour l'humanité ? Certains stocks de grands poissons de subsistance comme le makaire, l'espadon, le requin ou la morue ont déjà diminué de 90 %. Les dauphins et les tortues de mer, souvent victimes de prises accessoires, sont même menacés d'extinction. Ils ne se régénèrent pas si vite. Certains thonidés appartiennent également à des espèces dont les stocks ont peu de chances de se reconstituer tant que la pêche se poursuit.43 

Eau de lest

Eau de lest : l'eau que tous les navires de charge aspirent afin de rester stable dans l'eau et de transporter ensuite des marchandises dans le monde entier. Selon les experts, ces eaux de ballast constituent le plus grand problème environnemental causé par les navires de mer. Il transporte également de nombreux organismes dans des habitats étrangers.

Pour qu'un porte-conteneurs soit suffisamment stable, l'eau de ballast - selon la cargaison - doit être pompée dans les citernes le long de la coque. Près d'un tiers du tonnage total de port en lourd est réservé à cette fin. Surtout lors du chargement ou du déchargement dans le port, les navires pompent l'eau par les ouvertures près de la quille ou en prennent de l'eau neuve. L'eau de mer ne s'écoule que par un tamis grossier avant d'atteindre les réservoirs. Les créatures vivantes de moins d'un demi-centimètre de diamètre s'y glissent également. Les moules, les petits crustacés et même les poissons se trouvent en partie dans l'eau de ballast. Egalement les larves et autres microorganismes qui passent à travers ces mailles. On suppose qu'il y a jusqu'à 3 000 espèces différentes de micro-organismes qui sont transportées seules dans l'eau de ballast. Comme la boue et les sédiments s'infiltrent également dans les citernes à ballast torsadées, les "passagers clandestins" y trouvent généralement des conditions idéales pour leur développement ultérieur. Lorsque le navire est chargé dans un autre port, ils retournent alors à la liberté. Parfois à des milliers de kilomètres de leur maison ancestrale. Dans les grands lacs entre le Canada et les États-Unis, des populations entières de crustacés et de moules indigènes ont disparu parce que les espèces introduites se sont reproduites. Environ 10 milliards de tonnes d'eau de ballast sont transportées chaque année par bateau à travers le monde. Il s'agit donc d'un grave problème international. Les chercheurs craignent que même des bactéries comme les agents pathogènes du choléra puissent se propager de cette façon.44 

  • 90% du commerce mondial s'effectue par voie maritime.45 
  • Des milliers d'espèces traversent chaque jour l'océan dans les citernes d'eau de ballast des cargos et des porte-conteneurs ou sur des déchets plastiques flottants, pénétrant ainsi dans des écosystèmes où elles étaient auparavant étrangères.46 

Ocean Dead Zones 

Dans le golfe du Mexique, au large du delta du Mississippi, une zone de mort de 20 000 kilomètres carrés s'est formée.47 Les déchets provenant de l'élevage extrêmement intensif produisent des nitrates et des phosphates, polluent les eaux souterraines et se déversent par les rivières dans le golfe du Mexique. C'est là qu'ils font basculer la mer - d'immenses zones sans oxygène se forment dans lesquelles la vie n'est plus possible.  Il existe de nombreuses zones de ce type dans les océans du monde entier.48 Les zones de mort dans les estuaires des fleuves sont presque toujours d'origine humaine - et elles deviennent de plus en plus grandes.49 Pour en savoir plus sur le sujet, voir "L'écologie des eaux suisses".50

Éthique

Le poisson est bien à plaindre, car l’humain lui mène la vie dure. Peut-être parce que son habitat est complètement différent du nôtre, peut-être parce qu’il nous est étranger par nature. Il n’a ni bras, ni jambes ; n’émet aucun son et n’esquisse aucune mimique pour communiquer.

C'est quoi au juste, un poisson ?

Les poissons se distinguent par deux caractéristiques : ils vivent dans l’eau et possèdent une épine dorsale, ce qui fait d’eux des vertébrés. Au-delà de ces deux éléments communs, leur groupe se subdivise toutefois en de nombreuses familles très différentes les unes des autres. Les poissons, tels que le saumon, sont dotés de branchies, couverts d’écailles et se reproduisent en pondant des œufs. Les anguilles, quant à elles, ressemblent plus à un serpent à la peau visqueuse. Le requin baleine, le plus grand des poissons, donne naissance à des petits complètement formés et se nourrit exclusivement de minuscules poissons, de poulpes et de plancton. Cette diversité s’explique, d’une part, par le fait que notre planète est recouverte d’eau à 70 % et offre une multitude de milieux servant d’habitat aux poissons : des récifs coralliens aux forêts de kelp, sorte de forêt tropicale sous-marine, en passant par les fleuves, les rivières et les mers. D’autre part, les poissons ayant compté parmi les premiers habitants de la Terre, ils sont le fruit d’une longue évolution. Les fossiles les plus anciens remontent à plus de 500 millions d’années. Estimé à 32 000, le nombre total d’espèces de poissons est ainsi supérieur à la somme de toutes les autres espèces de vertébrés confondues (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères).51 

Pêche

Les méthodes de mise à mort des habitants de la mer ne sont en rien meilleures que celles pratiquées dans les abattoirs sur la terre ferme. La plupart des animaux marins meurent d’asphyxie ou d’étouffement après une agonie aussi atroce que lente. Leur calvaire commence dès lors qu’ils sont pris dans un filet. Ils sont écrasés par leurs semblables au moment où le filet est remonté. Durant la remontée également, sous l’effet du changement de pression, leur vessie natatoire explose, leurs yeux sont poussés hors de leur orbite alors que leur œsophage et leur estomac sortent de leurs emplacements. Pour finir, les filets sont renversés sur le pont où ils étouffent ou survivent parfois jusqu’au conditionnement.52  53 Indésirables, les prises accidentelles qui constituent parfois plus de la moitié de la quantité pêchée sont remises à la mer.54

Outre l’immense souffrance que les méthodes de pêche occasionnent et les ravages dus aux prises accidentelles, la pêche industrielle est aussi la cause de dommages écologiques irréparables.

Pêche au chalut

Durant la pêche au chalut, un bateau équipé d’un énorme filet poursuit un banc de poisson. Le filet traîné sur le fond de la mer pour attraper un maximum de poissons dégrade l’écosystème. Un habitat qui a mis d’innombrables années à se construire risque d’être détruit, comme labouré, en quelques semaines.55 Paniqués, les poissons pris au piège s’épuisent en tentant en vain de fuir. Écrasés au fond du filet entre le sol caillouteux et leurs semblables, ils luttent pour leur survie pendant des heures, gravement blessés et au bord de l’asphyxie. Les petits poissons sont placés sur la glace où ils étouffent ou succombent sous le poids des autres poissons. Les plus grosses prises sont vidées souvent à vif. Pendant ce temps, les prises accidentelles considérées comme des déchets et dont la quantité dépasse parfois 50 % du contenu des filets sont rejetées à la mer.56 Aujourd’hui, un produit de la pêche sur deux pourtant déclaré comme « durable » provient de la pêche au chalut.57  Outre les dommages écologiques, la pêche au chalut cause la mort de nombreux dauphins.58

Pêche à la seine coulissante

La pêche à la senne coulissante est une méthode de capture des poissons (sardines, anchois, harengs, thons) à la surface. Déployés depuis un bateau, des filets pouvant atteindre une longueur d’un kilomètre encerclent les poissons. Le filet, appelé senne, comporte une coulisse permettant de rabattre l’immense filet avant de le sortir de l’eau. Le poisson est ensuite souvent versé dans une solution saline maintenue à une température en-dessous de zéro. Les poissons qui n’étaient pas déjà morts étouffés ou écrasés succombent alors au choc thermique.59 

Filets dérivants

Comme leur nom l’indique, les filets dérivants dérivent au gré des flots. Comme les baleines et d’autres poissons non visés s’y prennent régulièrement, ces filets extrêmement étendus sont considérés comme des « murs de la mort ». Malgré l’interdiction promulguée par les Nations Unies et entrée en vigueur dès 1992, les filets dérivants sont toujours utilisés en toute illégalité. L’UE, quant à elle, autorise depuis 2006 l’utilisation dans la mer Méditerranée de filets dits flottants, des filets maillants non fixés, ce qui équivaut de facto à une ordonnance de levée de l’interdiction des filets dérivants.60 

Pêche à la palangre

La palangre est un engin de pêche composé d’une ligne longue de plusieurs mètres voire d’un kilomètre sur laquelle sont fixés des cordages se terminant par un hameçon. Utilisée sur le fond, en pleine mer ou juste sous la surface, elle sert à capturer aussi bien les poissons de grande taille comme l’espadon, le thon ou le requin que les espèces plus petites. Il n’est pas rare que les victimes avalent l’hameçon qui leur déchire l’estomac lorsqu’ils font de vains efforts pour le régurgiter. Certaines lignes n’étant remontées qu’une fois par jour, les poissons restent parfois accrochés à l’hameçon d’interminables heures.61 62 

Loi de la protection des animaux

En Allemagne, la législation relative à la protection des animaux stipule que la mise à mort des animaux, y compris des poissons, ne doit pas être cruelle. Selon la loi, il est obligatoire d’étourdir le poisson avant de le mettre à mort ou de l’abattre. La violation de cette loi est même passible de sanctions. Elle prévoit toutefois une exception : elle ne s’applique pas à la pêche en masse puisque celle-ci impliquerait, pour assurer l’étourdissement des poissons le déploiement d’efforts considérés comme disproportionnés. Il faut en déduire qu’un poisson isolé doit obligatoirement être étourdi, alors que tel n’est pas le cas en présence d’une tonne de poissons. En Suisse, la situation est comparable. Swissveg a mené à ce sujet un entretien avec la fondation Tier im Recht que nous publierons bientôt sur notre chaîne  Youtube

l’expérimentation animale

Les poissons servent souvent de « cobayes » pour l’expérimentation animale. Nous avons interrogé Vanessa Gerritsen de la fondation Tier im Recht (TIR) sur les expériences menées sur les poissons.

Prises accidentelles

La pêche sert à capturer les poissons pour la consommation humaine, mais pas que… En effet, on désigne par « prise accidentelle » les espèces capturées alors qu’elles ne sont pas visées par la technique déployée. Des animaux tels que les oiseaux marins, les dauphins, les pingouins et les lions de mer sont souvent les victimes collatérales de la pêche industrielle.

Mort des dauphins

Les prises accidentelles sont une menace sérieuse pour la survie de la baleine et du dauphin. Ainsi, depuis début 2019, les écologistes et les spécialistes de l’écologie marine ont dénombré au moins 1100 dauphins morts sur les côtes atlantiques françaises. Les autopsies pratiquées ont révélé de graves blessures qui étaient à l’origine de la mort ou avaient été causées après coup. Les plaies indiquaient que les mammifères marins avaient été pris au piège de filets de pêche. Les flottes de chalutiers pêchant le bar et le merlu au large des côtes atlantiques françaises en seraient la cause. Les prises accidentelles étant considérées comme des déchets, elles sont finalement rejetées à la mer.63 Le nombre réel de dauphins victimes de la pêche pourrait bien être largement plus élevé.64 L’Observatoire PELAGIS publie depuis des années des rapports alarmants sur la diminution des effectifs chez les dauphins. En 2016, un rapport d’expertise co-signé par le Centre national de la recherche scientifique, PELAGIS et l’université de La Rochelle, conclut sans équivoque que le taux de mortalité due à la pêche menace la survie des populations de dauphins à moyen terme.65 Les experts craignent pour la survie des populations de dauphins et pour leur subsistance en Europe.66  Malgré le fait que des milliers de dauphins, de baleines et de requins meurent chaque année à cause des différentes activités de pêche industrielle, les mesures concrètes susceptibles de résoudre le problème restent insuffisantes tant dans la pratique que dans les sphères politiques.67 

Outre les dauphins, les filets déployés en mer Méditerranée capturent aussi des cachalots et des requins.68,69 Le requin a certes mauvaise réputation (à tort), il n’en assume pas moins un rôle irremplaçable dans le maintien de l’équilibre de l’écosystème océanique. Sa disparition équivaudrait donc à une perte irréparable.70 La prescription de taille minimale ou de quotas de prises accidentelles ne saurait remédier au problème, puisque les jeunes poissons sont bel et bien rejetés à l’eau après la capture, mais morts. Les quotas par espèces sont eux aussi un leurre puisqu’ils stipulent simplement que les spécimens des espèces dont les quotas ont été atteints soient remis à l’eau, la plupart du temps morts donc, mais ne limitent aucunement la quantité des prises accidentelles étant donné que la pêche continue tant que les quotas des autres espèces n’ont pas été atteints.71

La seule façon de garantir la survie et d’éviter la disparition des dauphins, des baleines et des requins est d’arrêter tout bonnement de consommer du poisson. L’industrie de la pêche est tellement opaque que le consommateur final dans le commerce, ou pire au restaurant, n’est pas en mesure de savoir combien de victimes collatérales ont été sacrifiées pour le produit qu’il consomme.72 

Surpêche

On parle de « surpêche », lorsque le nombre de victimes faites par la chasse sous-marine, autrement dit de poissons pêchés et tués, est si élevé qu’il ne peut plus être compensé par les naissances et qu’une population donnée est de facto décimée. La part des populations touchées est passée de 10 % en 1974 à 30 % en 2011, dont 60 % fait l’objet d’une exploitation à la limite supérieure des quotas. Les conséquences de la pêche continuent d’être largement sous-estimées. La surpêche a d’ores et déjà entraîné la disparition de populations entières de poissons. Malgré les avancées techniques et l’extension des flottes, les prises stagnent aux alentours de 90 millions de tonnes par an, et ce depuis 20 ans. En réponse à cela, les captures se font toujours plus en profondeur, au détriment d’espèces de poissons inconnues et d’individus toujours plus jeunes et plus petits. 

Considérée comme la cause principale de la disparition des espèces marines, la pêche a une incidence désastreuse sur l’environnement.73 Elle est aussi désignée comme la première source de pollution des océans par le plastique flottant.74 75

Selon le rapport « The State of World Fisheries and Aquaculture 2006 » sur la pêche publié en mars 2007 par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 52 %des stocks halieutiques faisaient d’ores et déjà l’objet d’une pêche si intensive qu’il n’était pas possible d’aller au-delà, 16 % étaient victimes de surpêche et 7 % étaient épuisés, seul 1 % du stock étant considéré comme « en voie de rémission » après une pêche excessive.76

Piscicultures – peuvent-elles sauver nos océans ?

La vente de poisson issu de l’aquaculture a le vent en poupe. En 2014, presqu’un poisson sur deux destiné à la consommation humaine provenait d’une ferme piscicole.77 L’aquaculture a pour vocation de répondre à la demande globale de poisson et de fruits de mer tout en résolvant le problème de la surpêche.78 La consommation moyenne par personne de poisson et de fruits de mer a en effet doublé en un demi-siècle. Si, en 1950, la production mondiale en aquaculture ne s’élevait encore qu’à environ 500 000 tonnes (poids vif), ce chiffre avait grimpé à 73,8 millions de tonnes en 2014.79 De plus, suite aux campagnes de sensibilisation menées par les médias et les organisations de protection de l’environnement les consommateurs ont pris conscience des répercussions dramatiques de la surpêche sur les écosystèmes marins et l’industrie a dû rechercher des alternatives. L’aquaculture, autrement dit l’élevage de poissons et de fruits de mer, les crevettes par exemple, dans des fermes piscicoles s’annonçait comme une bonne réponse à la surpêche.

Nous avons mené un entretien avec Vanessa Gerritsen sur la pisciculture :

Une alternative durable ?

L’aquaculture se pratique dans des étangs, des systèmes d’écoulement et à circuit fermé ou dans de grandes cages dans la mer. 36 % de la production totale est réalisée dans des élevages en haute mer et sur les côtes. Elle concerne principalement les poissons, les crevettes, les crabes et les moules.81
Avec le recul, on constate que l’aquaculture n’est pas la réponse idéale à la surpêche. Au contraire : bon nombre de poissons ne se nourrissent pas que de végétaux et doivent donc consommer d’autres poissons, que ce soit sous forme d’huile, de farine ou de pellets. En moyenne, un poisson doit absorber quatre fois son poids en nourriture pour engraisser d’un kilo. Pour subvenir à ces besoins, l’industrie a donc (parfois) recours à des espèces de poisson qui ne plaisent pas aux consommateurs et livre ainsi à la surpêche des populations encore épargnées jusque-là. Près d’un tiers des poissons pêchés dans le monde est conditionné pour servir de nourriture aux poissons d’élevage. Certaines espèces de poissons et de fruits de mer, bien qu’inintéressantes pour la consommation humaine, font l’objet de campagnes de pêche à l’échelle industrielle pour alimenter les élevages. Les poissons sauvages situés plus haut dans la chaîne alimentaire, se voient donc soudain privés de nourriture et sont à leur tour menacés. Un cercle vicieux.

La forte demande en poissons et en fruits de mer incite les industriels à étendre l’aquaculture. Au même titre que les élevages intensifs sur la terre ferme, ils approvisionnent un marché lucratif très demandeur en produits à bas prix.82 En 2014, 4,5 millions de tonnes de poissons ont ainsi été pêchés au Pérou pour la fabrication de 850 000 tonnes de farine de poisson, ce qui a permis de produire un peu plus de 200 000 tonnes de poissons d’élevage en aquaculture.83 

L'élevage intensif en milieu aquatique

L’aquaculture sous forme d’élevages sous-marins intensifs est un désastre écologique. La densité de poissons est telle dans les fermes piscicoles, qu’elle peut être comparée aux conditions d’élevage des poules pondeuses en batteries.84 Certaines installations totalisent jusqu’à un demi-million d’individus. Cette proximité provoque du stress, de la frustration et de l’agressivité, ce qui occasionne de nombreuses blessures.85 Les infections et les maladies parasitaires sont à l’ordre du jour. Des antibiotiques et des produits chimiques, un mélange de pesticides et de purificateurs d’eau, sont employés sans retenue, ce qui contribue à la pollution de l’eau. Matières fécales, restes de nourriture et cadavres coulent au fond des bassins et occasionnent pollution et surfertilisation, le tout étant proportionnel au nombre d’individus peuplant le bassin. Sous forme d’eaux usées, ce cocktail de fertilisants, de produits chimiques et de résidus de médicaments se retrouve finalement dans les rivières, les lacs, les mers et les sols environnants.86

Pollution de l'eau par les matières fécales

L’aquaculture est considérée comme responsable de la surfertilisation : une exploitation salmonicole américaine de huit hectares produit autant de déchets organiques qu’une ville de 10 000 habitants ! Présents en grandes concentrations, ces déchets organiques entraînent la croissance exponentielle des algues et un appauvrissement de l’eau en oxygène. Cela revient à étouffer les poissons et tous les autres organismes aquatiques. L’équilibre de l’écosystème bascule, rendant toute vie impossible. Voir à ce sujet : Ocean Dead Zones.

Tromperie du consommateur

Dans la nature, les saumons parcourent des milliers de kilomètres. L’élevage en cage, comme dans les fermes salmonicoles, est tellement contre nature, que leur chair n’est plus rose comme le consommateur en a l’habitude. Pour éviter une couleur grise réputée peu appétissante, des colorants artificiels sont ajoutés à la nourriture des saumons. Outre des vitamines et des sels minéraux, les pilules utilisées par les éleveurs contiennent des colorants synthétiques par ailleurs interdits aux États-Unis. L’élevage intensif en cage favorise également l’apparition de maladies congénitales et de malformations. Les efforts considérables consentis par les éleveurs pour « fabriquer » un saumon pouvant vivre sur une surface réduite et renonçant à son comportement territorial inné sont restés vains jusqu’ici. 

Des habitats naturels détruits

Tout comme l’élevage bovin a entraîné la déforestation massive de la forêt tropicale pour la création de surfaces de pâturage, l’aquaculture a causé la destruction irréversible de centaines de milliers d’hectares de mangrove. Ces écosystèmes de marais maritimes abritent de nombreuses espèces de poissons, d’oiseaux et d’autres animaux qui sont alors tués, chassés ou séparés de leurs groupes de congénères. Ces réseaux de forêts littoraux ne servent pas uniquement d’habitat à la faune, mais aussi de rempart aux catastrophes naturelles comme les tsunamis. Entre 1980 et 2005, les humains ont détruit 20 % des surfaces recouvertes par la mangrove dans le monde, dont la moitié (52 %) est à mettre sur le compte de la fabrication de fermes piscicoles.87

Pêche illicite, non réglementée, non documentée (pêche INN)

Pour répondre à la demande croissante, toujours plus de poissons sont capturés au moyen d’engins non autorisés, durant des périodes d’interdiction de pêche ou dans des zones dans lesquelles la pêche est interdite. Les pêcheurs n’hésitent pas à s’attaquer à des espèces ne faisant l’objet d’aucune licence ou à dépasser les quotas. On estime à 500 000, le nombre de tonnes de poisson capturés puis vendus illégalement. Le marché suisse n’est pas épargné par ce phénomène.88 Non réglementée et non documentée, la pêche illégale menace l’équilibre des écosystèmes et la survie de la biodiversité dans les régions concernées.89  Pour approvisionner un marché insatiable, les braconniers violent même les zones protégées. Ainsi, des bateaux non autorisés chassent la lésine australe et la morue polaire en Antarctique.90

Sensibilité et intelligence des poisson

Les poissons sont muets et ne peuvent s’exprimer par leur gestuelle. De façon générale, notre société ne se sent pas moralement concernée par le fait que les poissons et les autres habitants de nos mers succombent par milliards écrasés ou étouffés dans les filets, agonisent pendant des heures, accrochés aux hameçons des lignes de pêche ou sont entassés et engraissés dans les fermes piscicoles. Or la science est claire à ce sujet : les poissons sont sensibles à la douleur, même si nous n’entendons pas leurs cris.91 De nombreuses études ont prouvé que les poissons ont bel et bien une notion de conscience. Ils ont une vie sociale complexe, coopèrent, agissent en suivant une stratégie, utilisent des outils, communiquent de plusieurs manières, ont une bonne mémoire, se montrent curieux, perspicaces et capables d’apprendre.92 De plus, ils ne sont pas les seuls êtres marins sensibles à la douleur : il en va de même des poulpes, des pieuvres, des homards, des crabes et des crevettes, bien que leur système nerveux soit moins complexe. Les crabes et les homards sont découpés et/ou ébouillantés vivants. Ils succombent dans d’atroces douleurs, car il peut s’écouler plusieurs minutes avant que leur système nerveux ne soit complètement détruit.93  La production industrielle de poisson et de viande est de plus en plus souvent mise en porte-à-faux au vu des nouvelles connaissances acquises par la science sur la capacité des animaux à ressentir la douleur et sur leurs performances cognitives : ils souffrent, c’est évident.

Mémoire à long terme

Contrairement à une idée reçue et bien ancrée, les poissons ont une mémoire à long terme. Les saumons retrouvent leur lieu de naissance (grâce à leur odorat), même s’ils ont vécu plusieurs années à des milliers de kilomètres de là.94 

Critique à l'adresse de Marine Stewardship Council (MSC)

Beaucoup de consommateurs se fient au certificat de durabilité émis par le Marine Stewardship Council (MSC). Or, le label est attribué à un nombre croissant d’industriels qui capturent des milliers d’animaux marins menacés d’extinction, se débarrassent de quantités irraisonnées de phoques pris accidentellement dans leurs filets, détruisent définitivement des écosystèmes sur le fond des mers en pratiquant des techniques telles que la pêche au chalut et continuent de chasser des espèces surexploitées.95 Le MSC réfute ces accusations en prétendant que l’offre MSC serait bien trop restreinte si la certification ne portait que sur les stocks ne faisant pas partie des espèces victimes de surpêche.

Nos semblables

De nombreux pays en voie de développement dépendent de la pêche comme principale source de revenu. On estime le nombre de pêcheurs « artisanaux » dans le monde à 12 millions.96 
La pêche industrialisée capture largement plus de poisson que les quantités qui finissent dans les mailles des pêcheurs individuels. Les fabriques flottantes équipées de filets immenses, de technologies à la pointe du progrès telles que les sonars et assistés par des avions de reconnaissance vident les stocks halieutiques avec une efficacité redoutable puisqu’ils sont en mesure d’opérer dans le monde entier et de repérer les endroits les plus rentables.97 

Santé

La raison la plus courante pour laquelle même les quasi-végétariens qui aiment les animaux consomment encore du poisson est qu'ils s'inquiètent pour leur santé. Les experts en nutrition répètent sans cesse la nécessité de consommer le poisson pour éviter d'éventuels symptômes de carence. Mais ce conseil n'est pas seulement dépassé, il est aussi dévastateur. Parce que la pisciculture est depuis longtemps devenue une industrie majeure, avec les mêmes conséquences pour les hommes, les animaux et l'environnement que celles de l'élevage de masse sur terre. 

Acides gras oméga-3 et oméga-6

À l'origine, les humains mangeaient à peine du poisson. Ce n'est qu'avec l'industrialisation croissante que le poisson est devenu de la nourriture - le poisson n'est évidemment pas nécessaire au métabolisme humain.98 

Pour des informations détailles à ce sujet, voir la page sur les oméga 3.

Menu toxique

Là aussi, l'industrie de la pêche est confrontée aux mêmes problèmes que l'élevage de masse en général : étant donné que trop d'animaux sont gardés dans un espace trop restreint, il est inévitable dans l'agriculture industrielle que des médicaments et/ou des antibiotiques soient ajoutés à l'alimentation des animaux. De cette façon, les éleveurs essaient de contenir les maladies. Plus encore que dans le cas des "animaux d'élevage" herbivores, les poissons accumulent les toxines qui leur sont fournies parce qu'ils consomment également d'autres animaux marins déjà contaminés. À chaque étape supplémentaire de la chaîne alimentaire, les toxines sont également davantage concentrées.
Les résidus de ces médicaments sont en partie excrétés et pèsent sur l'écosystème des océans. Cependant, des laboratoires indépendants rencontrent à plusieurs reprises des résidus d'antibiotiques dans la chair de poissons et de crevettes au cours d'échantillonnages aléatoires. Malgré l'administration de médicaments, les animaux sont toujours affectés par des maladies. Les poissons reproducteurs, qui peuvent s'échapper des cages en pleine mer, propagent les maladies à leurs congénères sauvages et déciment ainsi la population sauvage.

Heavy Metal sous l'eau

Les métaux lourds se trouvent dans l'eau. Les raisons en sont en partie dues à la nature et en partie à l'homme. Par exemple, les métaux lourds pénètrent dans les plans d'eau par les eaux usées industrielles, les gaz d'échappement, les mines, l'huile à chauffage ou un incendie de forêt. Les résidus les plus importants dans la viande (en particulier la graisse) des animaux aquatiques comprennent le méthylmercure, les dioxines, les biphényles polychromés (PCB) et les biocides comme le DDT, l'hexachlorobenzène ou le tributylétain. Ils sont cancérigènes, modifient le patrimoine génétique et peuvent endommager les embryons.99 

Plus un habitant de la mer est grand, plus sa teneur en métaux lourds est élevée

Comme un thon, par exemple, est un gros poisson qui se nourrit principalement d'autres poissons et de la vie marine, il peut contenir plus de mercure et d'autres métaux lourds.100 Des dauphins et quelques espèces de baleines se trouvent également à la fin de la chaîne alimentaire et enrichissent les quantités de poison élevées au cours de leur longue durée de vie. Les populations qui mangent de la viande de baleine et de dauphin sont plus susceptibles de souffrir de troubles de la mémoire, de la maladie de Parkinson et d'immunodéficience. La forme méthylée du mercure est particulièrement dangereuse, car elle peut causer de graves troubles du cerveau et du système nerveux. Les polychlorobiphényles (PCB) et le DDT (composés dichloro-diphényltrichloroéthane) endommagent la fertilité et les défenses immunitaires et sont considérés comme cancérigènes.

La liste des maladies associées à la viande de baleine contaminée est longue : naissances prématurées, poids réduit à la naissance, dommages neurologiques et respiratoires chez les enfants, immunodéficience, dommages aux reins, maladie de Parkinson, artériosclérose et hypertension à l'âge adulte.101 

Nous avons mené un entretien avec Tanya Slosberg. Dans la vidéo, cette spécialiste de la biologie marine et informe sur les métaux lourds qui contaminent les poissons :

Mercure

La complexité du problème est illustrée par l'exemple du mercure : le métal toxique pénètre dans le milieu aquatique par les eaux usées, est transformé en méthylmercure organique par des microorganismes et s'accumule le long de la chaîne alimentaire. Dans l'organisme humain, 95% est absorbé par l'intestin, passe facilement la barrière hémato-encéphalique et la barrière placentaire entre la mère et l'embryon et est distribué dans presque tous les organes avec une demi-vie de 50 jours. L'empoisonnement peut affecter le système nerveux, le foie et les reins, les muscles cardiaques et le système immunitaire.102 
Depuis des années, les requins, l'espadon et le thon sont soumis à des tests aléatoires de détection du méthylmercure dans des laboratoires agréés par l'État. Dans ces tests, une proportion effrayante des échantillons des trois espèces de poissons en Allemagne a dépassé les limites légales, parfois plusieurs fois.103 
Bien que nous ne disposions pas de chiffres pour la Suisse, nous pouvons supposer que la situation est similaire. Après tout, il n'y a pas de "thon suisse" et pas d'étiquette qui offrirait un label de qualité. Ceux qui ne peuvent pas contrôler et comprendre exactement ce que contient le produit acheté ne peuvent exclure la consommation de métaux lourds que s'ils s'abstiennent d'acheter du poisson. 
L'extraction de l'huile de la graisse de poisson ne fait pas disparaître les toxines industrielles, comme le montrent les contrôles alimentaires et les études. Les huiles d'algues, par contre, proviennent d'algues élevées dans des bassins fermés et sont donc exemptes de résidus lorsqu'elles sont produites avec soin.104 

Conclusion

Exploitation industrielle

D'énormes flottes de pêche industrielle pillent systématiquement les océans. Des centaines de milliers de baleines, de dauphins, de requins, d'oiseaux et de tortues périssent dans le monde comme prises accessoires. Près de 90 % des espèces de poissons exploitées à des fins commerciales sont maintenant pêchées jusqu'à leurs limites, surpêchées ou épuisées.105 L'aquaculture n'est pas la solution. Les poissons des piscicultures doivent être retirés de la mer ce qui exacerbe le problème de la surpêche plutôt que de le résoudre. Une protection cohérente des animaux marins est donc une renonciation totale au poisson et aux fruits de mer. Quiconque ne veut pas menacer les dauphins, les baleines et les requins et les laisser mourir ne peut tout simplement pas consommer de poisson. L'industrie de la pêche est si opaque que le consommateur final dans le magasin, et encore moins dans le restaurant, ne peut pas comprendre quels animaux ont tous dû mourir pour leur propre consommation.

Les eaux suisses en danger

Les poissons indigènes suisses sont également de plus en plus mal lotis. L'eutrophisation massive des eaux suisses, principalement par l'agriculture, menace non seulement la population de poissons et l'état des eaux, mais pollue également notre eau potable. Compte tenu du cheptel actuel et de l'utilisation prédominante d'engrais minéraux et de pesticides, l'agriculture affecte la diversité biologique, la qualité de l'air et de l'eau ainsi que le climat. Elle dépasse donc les limites de la durabilité écologique.106 Une décimation radicale des populations animales et l'abandon des produits d'origine animale sont donc nécessaires pour préserver nos eaux ainsi que la flore et la faune qui les habitent.
Comme ce fut le cas pour la viande il y a quelques années, les consommateurs sont maintenant amenés à croire que le poisson est un aliment sain et vital. En y regardant de plus près, cependant, la consommation de poisson n'offre aucun avantage pour la santé ni pour l'environnement. Les problèmes de la pisciculture industrielle correspondent plutôt à toutes les autres formes d'élevage de masse - ici aussi, un être vivant est maintenu en captivité contre son comportement naturel et engraissé et tué pour la consommation humaine. 

Les méthodes de mise à mort des animaux aquatiques ne sont pas meilleures que celles des animaux destinés à l'abattage sur terre. La grande majorité des animaux marins meurent d'une mort lente et agonisante par suffocation dans l'air (les autres qui sont empalés sur un hameçon et arrachés à l'eau ne sont pas mieux lotis). L'anesthésie antérieure, comme c'est souvent le cas chez les animaux de boucherie, n'est même pas abordée chez les animaux marins. Ne devrions-nous pas avoir de la compassion pour les poissons simplement parce que nous sommes incapables d'entendre leurs cris ? 

Dernière mise-à-jour: 09.08.2019
Notes de bas de page:
  1. Meeresatlas (Seite 8)
  2. Quelle Grafik: Mehr Zucht, weniger Fanggeräte
  3. Standortbestimmung zur Fischerei in Schweizer Seen und Fliessgewässern. Bericht des Bundesrates in Erfüllung des Postulates 15.3795 UREK-N vom 22. Juni 2015.
  4. Bundesrat verabschiedet Standortbestimmung zur Fischerei
  5. Massentierhaltung unter Wasser
  6. The Great Pacific Garbage Patch Isn't What You Think it Is
  7. https://www.end-of-fishing.org/en/artists-for-aquatic-animals/#&gid=11&pid=1
  8. The Great Pacific Garbage Patch Isn't What you Think it Is
  9. How would a vegan shift help the oceans?
  10.  Rundmäuler der Schweiz. Bundesamt für Umwelt, Bern, und Schweizer Zentrum für die Kartographie der Fauna, Neuenburg.
  11.  Cordillot F., Klaus G. 2011: Gefährdete Arten in der Schweiz. Synthese Rote Listen, Stand 2011, Bundesamt für Umwelt.
  12.  BAFU: Biodiversität in der Schweiz, Zustand und Entwicklung, 2017.
  13.  Delarze et al.: Rote Liste Lebensräume, 2016.
  14. BAFU: Umweltbericht 2018.
  15.  Cordillot F., Klaus G. 2011: Gefährdete Arten in der Schweiz. Synthese Rote Listen, Stand 2011, Bundesamt für Umwelt.
  16.  Standortbestimmung zur Fischerei in Schweizer Seen und Fliessgewässern. Bericht des Bundesrates in Erfüllung des Postulates 15.3795 UREK-N vom 22. Juni 2015.
  17. Bundesrat verabschiedet Standortbestimmung zur Fischerei
  18.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 19.
  19.  Meeresatlas (Seite 14)
  20.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 19.
  21.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 47.
  22.  Meeresatlas (Seite 14)
  23.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 46-47.
  24.  BAFU 2010a
  25.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 46-47.
  26.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 107.
  27.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 46-47.
  28.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 48.
  29.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 49.
  30.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 57-58.
  31.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 107.
  32.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 107.
  33.  Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 112.
  34.  Meeresatlas (Seite 22)
  35.  Meeresatlas (S. 22)
  36. Antarctic krill Euphausia superba filter of thoracopods
  37. The Most Important Organism?
  38. Marine phytoplankton declining: Striking global changes at the base of the marine food web linked to rising ocean temperatures
  39.  Marine phytoplankton declining: Striking global changes at the base of the marine food web linked to rising ocean temperatures
  40.  Meeresatlas (Seite 12)
  41.  news.bbc.co.uk 
  42. Seafood May Be Gone by 2048, Study Says
  43.  Meeratlas (Seite 10)
  44. Artverschleppung durch Ballastwasser in Schiffen
  45. Meeresatlas (Seite 40)
  46.  Meeresatlas (Seite 20)
  47. Meeresatlas (Seite 14)
  48. Meeresatlas (Seite 14)
  49.  Meeresatlas (Seite 14)
  50. Sustainable tuna fishing is bad for climate – here's why
  51.  National Geographic book. Animal Encyclopedia, 2012
  52.  Massentierhaltung unter Wasser
  53. Industrieller Tod
  54. Industrieller Tod
  55. Auf dem Weg zu mehr Nachhaltigkeit
  56. Industrieller Tod
  57. Grundschleppnetze stoppen!
  58. Weitere tote Delfine vor der französischen Atlantikküste
  59. Industrieller Tod
  60. Welche Fangmethoden gibt es?
  61. Industrieller Tod
  62. Haken und Langleinen
  63. In Frankreich treiben massenhaft verstümmelte Delfine an
  64. In Frankreich treiben massenhaft verstümmelte Delfine an
  65. Frankreichs schmutziges Geheimnis über die Vernichtung seiner Delfine
  66. In Frankreich treiben massenhaft verstümmelte Delfine an
  67. The Net Effect. Ein Überblick über den Beifang von Walen und Delfinen (Cetacea) in pelagischen Schleppnetzen und anderen Fischereimethoden im Nordostatlantik
  68. Walmonitoring im Schutzgebiet vor Südfrankreich
  69. Unsere Kampagnen
  70. Shark Project
  71. Industrieller Tod
  72. Unsere Kampagnen
  73. Industrieller Tod
  74. The Great Pacific Garbage Patch Isn't What You Think it Is
  75. https://www.end-of-fishing.org/en/artists-for-aquatic-animals/#&gid=11&pid=1
  76. Food and Agriculture organization of the United Nations: The State of World Fisheries and Aquaculture. 2008
  77.  Meeresatlas (Seite 12)
  78.  Meeresatlas (Seite 12)
  79.  Meeresatlas (Seite 12)
  80. xxx
  81.  Meeresatlas (Seite 12)
  82.  Meeresatlas (Seite 13)
  83. ZDF Frontal 21: Fischmehl. Futter für die Massentierhaltung
  84. SRF: Massentierhaltung im Meer
  85. Industrieller Tod
  86.  Meeresatlas (Seite 12)
  87.  Meeresatlas (Seite 12)
  88. Meeresatlas (Seite 11)
  89. Sea Shepherd startet "Operation Sunu Gaal"
  90. Unsere Kampagnen
  91. Warum uns egal ist, wie Fische sterben
  92. Die Fische und die andere Wassertiere
  93. Die Fische und die andere Wassertiere
  94. Die Fische und die andere Wassertiere
  95. Make Stewardship count. Critical requirements necessary to improve Marine Stewardship Council
  96.  Meeresatlas (Seite 10)
  97.  Meeresatlas (Seite 10-11)
  98. Wieviel Fisch gibt's? Wieviel ist gesund? Und Omega-3?
  99.  Wieviel Fisch gibt's? Wieviel ist gesund? Und Omega-3?
  100. Thunfisch
  101. Toxisches Menü auf dem Teller
  102.  Wieviel Fisch gibt's? Wieviel ist gesund? Und Omega-3?
  103. Restaurant-Kampagne Germany
  104.  Wieviel Fisch gibt's? Wieviel ist gesund? Und Omega-3?
  105. Fischkonsum
  106. Umwelt Schweiz 2018. Bericht des Bundesrates: Seite 57-58.
+ d'infos: