Aller au contenu principal

Peut-on faire du sport sans manger de viande ?

Des performances exceptionnelles, nécessitant un effort physique et mental considérable, ont été réalisées par des végétariens ou quasi-végétariens.

Parcourir 150 à 300 kilomètres à pied sans faire de pause est évidemment une performance sportive exceptionnelle. Mais le faire sur des chemins de montagne accidentés tout en poussant du pied un ràràhipa (ballon en bois) traditionnel devant soi : voilà qui relève de l'exploit. Les Indiens Tarahumara de Chihuahua, un État du nord du Mexique, pratiquent cette activité dans leur vie quotidienne depuis des centaines d'années. Leur alimentation se compose principalement de produits à base de maïs, de haricots, de courges, de plantes sauvages et de quelques poissons d'eau douce. L'apport calorique de leur régime est estimé à environ 1200 à 1500 kcal par jour. Le lait, la viande et les œufs étant rares, ils ne sont consommés que lors d'occasions spéciales. Le fait que les Tarahumara soient capables de parcourir de telles distances avec un apport calorique si faible, bien inférieur aux quantités standard recommandées en matière de protéines, de glucides, de graisses, de vitamines et de minéraux, donne matière à réflexion. 
Les performances sportives des Indiens Aymara de la région de Titicaca, des Kuli de Chine et des Sherpas sont moins connues, mais tout aussi remarquables. Eux aussi ont une alimentation très simple et quasiment, voire complètement, végétarienne. 
Une course d'endurance de 1000 km à travers l'Allemagne, des pays baltes jusqu'aux Alpes, a confirmé qu'une course d'ultra-longue distance est à la portée des athlètes qui suivent un régime entièrement végétarien, avec beaucoup de fruits frais et de légumes crus. 
Voici quelques histoires intéressantes de végétariens ayant réalisé de grands exploits sportifs (tels que rapportés lors du Congrès végétarien internationall de 1982 à Ulm) : 
La famille d'artistes Widmayer : Fogrund Widmayer est devenue championne du Würtemberg en gymnastique rythmique à l'âge de 14 ans. Waltrud Widmayer (nom de scène : Thora von der Teck) est également devenue championne junior d'Allemagne au trapèze volant à l'âge de 14 ans. Les deux filles Widmayer sont végétariennes de troisième génération. 
Un autre exploit sportif remarquable a été réalisé par le végétarien français Bernard Gaschard à l'âge de 66 ans. En 1998, il a participé à une course de longue distance appelée « Grand Raid de la Réunion » et il est arrivé premier de sa catégorie d'âge. Sur un terrain très difficile, dans une chaleur tropicale, il a parcouru 132 km en 35:58:50 heures sans se reposer une seule fois. Il est végétarien depuis 40 ans et ne consomme ni sucre raffiné, ni café, ni alcool. 
En 1998, le régime alimentaire de six crudivores véganes participant à une course cycliste de longue distance (1450 km) a été analysé. Les six participants, âgés de 21 à 78 ans, ont noté ce qu'ils mangeaient et buvaient chaque jour. Ils ont parcouru en moyenne 77 km par jour à une vitesse moyenne de 16 kilomètres à l'heure. L'étude a révélé un apport énergétique quotidien de 1348 calories. Ce chiffre très faible est en contradiction avec leur consommation énergétique quotidienne de 4712 calories. Leur perte de poids moyenne de 4 kilos ne parvient que partiellement à expliquer cet écart. Certains d'entre eux ont même perdu moins de 2 kilos. Le ratio recommandé de 60% de glucides, 30% de lipides et 10% de protéines a été respecté et les participantes ont atteint Stockholm en bonne santé et en pleine forme. 
En 1982, Ruth Heidrich s'est vu diagnostiquer un cancer du sein à l'âge de 47 ans et a subi une ablation d'un sein deux ans plus tard. Suite à cette opération, elle devenue végétalienne, a commencé à s'entraîner intensivement, a participé au triathlon Ironman à Hawaï et a gagné six fois dans sa catégorie d'âge. En 1997, à l'âge de 63 ans, Ruth Heidrich est non seulement une « Ironlady » végane comptant 600 trophées, médailles et récompenses à son actif (avec 60 courses en 1997), mais aussi une conférencière célèbre et l'auteur de deux livres. Dans son livre « A Race For Life », elle ne se contente pas de raconter son histoire, mais montre qu'en combinant une alimentation saine, un entraînement intensif et une forte volonté, n'importe qui peut surmonter la maladie. 
En 1998, la Suissesse Natascha Badmann a remporté le 22e triathlon d'Hawaï à l'âge de 31 ans. « Nager 3,8 km, faire 180 km à vélo puis courir 42 km sous un soleil de plomb (40°C) en seulement 9:24:36 heures est certainement un exploit athlétique par excellence. » La veggie power woman Natascha est végétarienne depuis dix ans. 
Qu'en est-il des sports de force rapide ? La plupart des livres de nutrition sportive remettent en question la pertinence d'un régime végétarien/végétalien pour les sports de force. Cependant, de nombreux végétariens pratiquant des sports de force sont des sportifs de haut niveau : 

  • Ridgely Abele (USA) : huit fois champion américain de karaté.
  • Peter Hussing (Allemagne) : champion d'Europe de boxe amateur 1979 dans la catégorie des poids lourds. 
  • Andreas Cahling (Suède/USA) : Mr. International Body Building 1980. 
  • Ingra Manecke (Allemagne) : championne allemande du lancer du disque de 1977 à 1982. 
  • Edwin Moses (USA) : médaillé d'or olympique et détenteur du record du monde du 400 m haies. 
  • Pat Reeves (UK) : végane, British Masters et Open Championship en haltérophilie, catégorie féminine. 

 

Citons également Surya Bonaly, championne de patinage artistique (six fois championne d'Europe), ainsi que les grands joueurs de tennis Billy Jean King, Chris Evert-Lloyd et Martina Navratilova. Tous ces athlètes d'élite pratiquent des sports qui exigent de la vitesse et/ou de la force. 
D'un point de vue scientifique, l'utilisation de la créatine comme booster de performance est intéressante dans ce contexte. Es wird für die Kontraktionstätigkeit des Muskels gebraucht. la créatine disponible détermine la durée d'un entraînement à intensité maximale. La créatine est produite dans l'organisme d'une part par la biosynthèse naturelle de deux acides aminés dans le foie, le pancréas et les reins (arginine et lysine). D'autre part, elle peut être apportée de manière externe par la consommation de viande, car la viande contient une proportion relativement élevée de créatine. Cependant, l'étude de Harris et al. (1992) a révélé que les deux végétariens étudiés dans leur expérience avaient des niveaux de créatine normaux. Dans la littérature scientifique, une étude rapporte que les végétariens ont des concentrations de créatine sérique plus faibles (Delanghe, 1989). Les végétariens n'ayant pas de sources externes de créatine, on pense depuis lors qu'ils sont moins performants dans les disciplines de force. 
En raison de ces données contradictoires, nous avons décidé (Clarys et al, 1997) de mener une étude en double aveugle sur l'effet d'un apport supplémentaire de créatine dans les populations végétariennes et non végétariennes pratiquant des sports intensifs. Le résultat de cette étude est que l'apport supplémentaire n'a pas augmenté les performances sportives, ni chez les végétariens, ni chez les non-végétariens. Ce résultat ne montre pas de carence de créatine chez les végétariens, qui ne peuvent compter que sur la biosynthèse de leur propre organisme. Il n'est donc pas justifié de prétendre qu'un régime végétarien ne convient pas aux athlètes pratiquant des disciplines de vitesse ou de force. 
Passons maintenant à un autre mythe : les besoins en protéines des athlètes végétariens. L'accent mis sur l'importance des protéines pour la performance sportive remonte aux anciens athlètes grecs, qui étaient de grands mangeurs de viande. Au XIXe siècle, la vieille croyance selon laquelle « la viande rend fort » a été accrue par le célèbre physiologiste von Liebig, qui prétendait que l'énergie musculaire était produite par l'oxydation des protéines. Pourtant, dans les années 1860, les scientifiques savaient que les sources d'énergie les plus importantes pour le travail musculaire étaient les glucides et certains acides gras insaturés. Le mythe selon lequel « la viande rend fort » a été promu et perpétué jusqu'au XXe siècle. 
Aujourd'hui, il est reconnu que seuls 5 à 10% de protéines sont nécessaires pour fournir de l'énergie pendant un entraînement d'endurance. Dans les disciplines de force, l'augmentation des besoins en protéines résulte de l'oxydation accrue des acides aminés (qui se produit pendant le travail musculaire). En revanche, le besoin accru de dépôt réel dans la masse musculaire est faible, car les muscles sont composés aux trois quarts d'eau. Un calcul rapide démontre qu'une augmentation de 120 grammes de masse musculaire par semaine (dont seulement 30 grammes de protéines) nécessiterait un supplément de protéines de 4,3 grammes par jour (en supposant une utilisation à 100% des protéines). 
Il est admis que les végétariens peuvent répondre aux besoins légèrement accrus en protéines pendant les épreuves d'endurance. Cela peut être un peu plus difficile pour les athlètes de force végétariens (par exemple les sprinters, les haltérophiles, etc.). Pour ces athlètes, il est recommandé de prendre 1,5 à 1,8 gramme de protéines supplémentaires par kilo. Il est facile d'y parvenir en intégrant à son régime alimentaire davantage d'aliments riches en protéines, tels que les produits à base de soja et les légumineuses. Il est bon de savoir que les protéines des légumineuses, en raison de leur faible teneur en acides aminés soufrés, entraînent une excrétion urinaire de calcium plus faible que les protéines animales. Du point de vue de la santé, il est recommandé aux athlètes végétariens comme aux non-végétariens de couvrir leurs besoins accrus en protéines par une plus grande consommation d'aliments végétaux riches en protéines. 
En conclusion, on peut affirmer, sur la base de faits et de données empiriques, que les athlètes végétariens peuvent concourir au plus haut niveau dans toutes les disciplines sportives, à condition de suivre un régime équilibré et sain et de l'adapter aux besoins individuels de l'entraînement.

Prof. Dr. ém. Marcel Hebbelinck 
Université libre de Bruxelles (ULB)

Ce que vous voyez vous plait-il ?

Soutenez-nous

Spenden
Mitglied werden