Arrête le poisson – Pourquoi?

DruckversionPDF version
poissons, environnement, veganes

Les océans couvrent la majeure partie de la surface de la terre : 71% de la planète sont couverts d’eau et 74% de toutes les espèces sont aquatiques. Les mers jouent un rôle central pour la stabilité de notre climat et les conditions météorologiques. Or l’avenir de ces écosystèmes uniques est gravement menacé.

Surpêche

Nous surexploitons pleinement la mer. Par exemple, à cause de la surpêche 90 % des stocks mondiaux de poissons sont utilisés au maximum ou sont déjà surexploités. La mer absorbe plus qu'elle ne peut supporter : Gaz à effet de serre, lisier et engrais, déchets plastiques, pollution pétrolière et bien plus encore. Il en résulte la destruction des écosystèmes marins.

A quoi bon de renoncer aux pailles ?

La « Great Pacific Garbage Patch » est une immense île de plastique dans l’Océan Pacifique. Une étude publiée dans Scientific Reports a révélé que 46 % des déchets plastiques sont attribuables aux filets de pêche. La plus grande partie du reste peut également être liée à la pêche. Les filets fantômes (Ghostnets) - un terme inventé pour décrire des filets jetés intentionnellement ou perdus accidentellement - dérivent sur l'océan et étranglent, étouffent ou blessent des baleines, des dauphins, des phoques ou des tortues. On estime à 100 000 le nombre d'animaux marins tués ou blessés chaque année par ces plastiques.


En effet, les pailles en plastique ne représentent que 0,03% de l’ensemble du plastique qui selon les estimations, pénètre dans les océans chaque année. Alors pourquoi une telle pression pour éviter les pailles alors qu'il y a très peu ou pas de résistance à la pêche et à la consommation de poisson ?

  • 90% de tous les oiseaux de mer ont du plastique dans leur estomac.

  • 1 mammifère marin sur 3 s'emmêle dans les ordures qui flottent dans la mer.

  • Plus de 8 millions de tonnes de plastique finissent dans la mer chaque année.

Surpêche à grande échelle

Le terme de « surpêche » signifie que la chasse sous-marine fait tellement de victimes que plus de poissons meurent que naissent et que des populations entières de poissons sont décimées. La surpêche a déjà entraîné l'extinction de certaines populations de poissons. Malgré la perfection technique et le nombre croissant de navires, les captures stagnent depuis 20 ans à 90 millions de tonnes par an. Les navires pêchent de plus en plus profondément, pêchant des espèces de poissons inconnues et des animaux de plus en plus jeunes et de plus en plus petits - le nombre de poissons tués est donc en constante augmentation.
La pêche marine compte parmi les causes principales de l’extinction d’espèces marines et comporte des effets désastreux pour l’environnement. Elle est également considérée comme la principale source de déchets plastiques flottant dans les océans. 
Déjà au moment de la capture, on ne peut plus parler de bien-être animal. Les poissons sont souvent écrasés par les filets lorsqu'ils sont tirés hors de l'eau. Avec la différence de pression, qui se produit très soudainement, il peut arriver que la vessie natatoire ou des intestins entiers soient écrasés. Enfin, les poissons sont déversés à bord où soit ils étouffent, soit ils se retrouvent à moitié vivants dans la transformation. Les différentes méthodes de pêche sont conçues pour capturer beaucoup de poissons en peu de temps. Le bien-être des animaux et l'environnement ne sont pas pris en compte.

Aujourd'hui, un produit de la pêche certifié "durable" sur deux provient du chalutage de fond

Le filet est tiré le long du fond marin pour ramasser les animaux, laissant derrière lui un fond marin détruit. En quelques semaines, un habitat qui s'est développé au fil d'innombrables années peut être détruit. Le chalut de fond laboure les fonds marins, pour ainsi dire.

Mais les animaux marins que les gens veulent manger ne sont pas les seules victimes : les prises accidentelles sont le terme utilisé pour décrire les espèces qui finissent dans le filet, même si elles ne sont pas la cible de la méthode de pêche respective. Des animaux tels que les oiseaux de mer, les dauphins, les pingouins ou les otaries finissent régulièrement dans les filets de pêche commerciale avec les prises prévues. Le problème des prises accidentelles constitue une grave menace pour la survie des populations de baleines, de dauphins et de requins.

Si on ne veut pas menacer les dauphins, les baleines et les requins ni les laisser mourir, il suffit de ne pas consommer de poisson. L'industrie de la pêche est si opaque qu’il sera quasiment impossible de comprendre pour le consommateur final au magasin, et encore moins pour le client au restaurant, quels animaux ont finalement tous dû mourir pour la consommation de poisson.

Piscicultures : une solution ?

La consommation de produits de la pêche a fortement augmenté au cours des dernières décennies. En Suisse, elle est passée d'un peu moins de sept à neuf kilogrammes par personne et par an en 30 ans. La part de la pêche commerciale suisse dans la consommation totale de produits de la pêche est d'environ 2%. Cela signifie que 98% du poisson consommé en Suisse est importé de l'étranger ou élevé en pisciculture ! La demande de poissons indigènes sauvages dépasse l'offre. Mais même le poisson d'élevage n'est pas une alternative écologique et respectueuse des animaux. L'élevage du thon, par exemple, ne met pas seulement en danger le stock de l'espèce elle-même. Pour un kilo de chair de thon, environ 20 kilos de petits poissons sauvages doivent être capturés et donnés aux juvéniles. Bien sûr, garder de nombreux poissons dans des espaces confinés est également extrêmement problématique : les maladies peuvent se propager rapidement et se transmettre aux poissons sauvages, c'est pourquoi des médicaments doivent être utilisés. En outre, les excréments des poissons d'élevage polluent considérablement les eaux à proximité des exploitations, tout comme c'est le cas pour l'élevage de masse des animaux terrestres.

Les lacs suisses étouffent

Les eaux internationales ne sont pas les seules à souffrir de l'exploitation industrielle de la nature. Les lacs suisses menacent d'étouffer. Surtout dans les zones d'élevage intensif ou d'agriculture arable, les lacs sont massivement surfertilisés. Les excédents d'azote et de phosphore provenant de l'agriculture sont emportés dans les lacs (et les mers). Là, ils entraînent une surfertilisation, ce qui entraîne une augmentation de la croissance des algues et des bactéries et une diminution de la teneur en oxygène de l'eau. Les écosystèmes aquatiques basculent dans un état hostile.

Les lacs du Mittelland tels que le lac de Sempach, le lac de Baldegg et le lac de Hallwil doivent être artificiellement ventilés à l'aide d'une grande partie de deniers publics. La moitié des grands lacs suisses n'atteignent pas actuellement l'objectif environnemental général de l'agriculture (UZL) pour la teneur en phosphore. Dans plus de la moitié de ces lacs, les intrants agricoles sont les principaux responsables.

Les habitats sur et dans les plans d'eau sont les plus menacés de tous les habitats. L'état des eaux suisses est également critique en raison de l'impact croissant du changement climatique et de l'émergence d'espèces exotiques. A l'heure actuelle, 58 % des poissons indigènes figurent sur la liste rouge des espèces menacées d'extinction.

Compte tenu du cheptel actuel et de l'utilisation prédominante d'engrais minéraux et de produits phytosanitaires, l'agriculture affecte la biodiversité, la qualité de l'air et de l'eau et le climat. Elle dépasse donc les limites de la durabilité écologique. Mais au lieu de se concentrer sur l'agriculture durable, les décideurs politiques considèrent la ventilation artificielle des lacs comme la solution. Il existe plusieurs zones pauvres en oxygène de ce type dans l'océan mondial. Les soi-disant « zones mortes océaniques » sont presque toujours créées par l'homme - et elles deviennent de plus en plus grandes. Les déchets provenant de l’élevage intensif produisent des nitrates et des phosphates, polluent les eaux souterraines et se déversent dans l'océan par les rivières. S'y forment d'immenses zones sans oxygène dans lesquelles la vie n'est plus possible.

Que faire ?

Il est nécessaire d'agir sur les plans politique, économique et individuel. Les eaux doivent être constamment mises à niveau et rénaturées. Une réduction de l'élevage, en particulier lorsque les masses d'eau sont très importantes, réduit les apports indésirables de pesticides, d'engrais et de matières fécales, favorise la diversité biologique, est dans l'intérêt de l'approvisionnement en eau potable et accroît l'attrait des étendues d'eau comme lieux de détente.

En plus, il n’y a aucun besoin de piller l'eau pour obtenir des nutriments importants. Notre apport en iode ou en oméga-3, par exemple, peut être facilement couvert par les aliments végétaux. Même ceux qui ne veulent pas se passer du goût des produits de la pêche n'ont pas besoin de se morfondre. Plusieurs entreprises offrent déjà des solutions de substitution au poisson qui peuvent concurrencer l'original. Mais sans toxines, métaux lourds ou traces d'antibiotiques. 

Afin de sensibiliser le public aux effets de la consommation de poisson et à la solution à la nutrition végétalienne, Swissveg mène actuellement une campagne de sensibilisation dans toute la Suisse sur le thème « Nos océans sont en danger », dont vous trouverez de plus amples informations sur nos sites swissveg.ch/pisciculture et swissveg.ch/alternatives_poisson

Danielle Cotten

Trad. Olivia Villard

Dernière mise-à-jour: 19.06.2019
Notes de bas de page:
  1. FAO: The State of World – Fisheries and Aquaculture 2008
  2. Wikipedia, Aquakultur
    In ne faut pas se laisser tromper par le quotient de fourrage officiel selon lequel 1 kg de fourrage fournirait 1 kg de poisson, car cette affirmation se base sur la comparaison de nourriture sèche à du poisson trempé, c'est-à-dire que le poids du poisson inclut l'eau, alors que la matière de fourrage sèche est dépourvue de 80 à 90 % de l'eau du poisson, de manière à élever le rapport. 
    Wikipedia/Teichwirtschaft, fair-fish
  3. http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7385315.stm
+ d'infos:
  • Plus d'informations sur le poisson auprès de l'association fair-fish
  • Pourquoi les végétariens ne mangent pas de poisson.