Organisation mondiale de la santé OMS : « Charcuterie cancérogène »

DruckversionPDF version

C'est pour la première fois que l'OMS s'est prononcée clairement quant aux problèmes de santé liés à la consommation de viande : Swissveg salue la publication récente de l'OMS.

L'OMS affirme pour la première fois que la viande transformée est cancérogène et que la viande rouge serait, elle, probablement cancérogène.

L'organisation mondiale de la santé a analysé 800 études quant au rapport santé et cancer. Son résultat est univoque : La consommation de viande transformée est cancérogène et devrait être classée selon l'OMS dans la même catégorie que l'asbeste et la fumée de tabac. Pour la viande rouge non transformée il est également probable que celle-ci augmente le risque pour plusieurs formes de cancer.

Après le rapport de la commission fédérale (COFA) publié en mai 2014, ceci est déjà la deuxième publication officielle affirmant le rapport entre la consommation de viande et les maladies dites de civilisation. La COFA elle aussi était venu à la conclusion que la consommation de certains types de viande pouvait corréler avec une apparition accrue de maladies cardio-vasculaires ou de diabète mellitus type 2 et certaines formes de cancer. 

Swissveg est convaincu qu'il faut prendre au sérieux ces faits. Il a été démontré que la consommation de viande comporte des risques pour la santé et le système écologique. De fait, c'est un grand pas vers un avenir durable que de consommer des alternatives végétales à la place de la viande.

Comme pour toutes les publications récentes, Swissveg a analysé de près les auteurs de l'étude publiée dans le journal scientifique : S'agit-il d'adversaires de la viande convaincus ? La recherche révèle de faits étonnants : 

Ont été invités comme observateurs / assesseurs des députés des organisations suivantes :

  • North American Meat Institute, USA
  • Kraft Heinz Company, USA
  • National Pork Producers Council, USA
  • National Meat Institute (INAC) Uruguay
  • American Cancer Society, USA
  • Beef Checkoff, USA

Aucun député d'une organisation végétarienne n'a été invité.

Pour les publications médecinales américaines des Etas-Unis, il est (enfin) obligatoire à l'heure actuelle d'indiquer les rapports d'intérêts de leurs auteurs. Voici les rapports indiqués lors de la publication de l'OMS : 

  • Un auteur a bénéficié de salaires de conseillants de la part de Beef Checkoff pour la recherche sur la viande rouge et le cancer.
  • Un auteur a reçu un salaire de la part du North American Meat Institute (NAMI) et de la North American Meat Institute Foundation (NAMIF).
  • Un auteur est représentant public de l'institut NAMI et de la fondaction NAMIF dans les domaines gouvernemental et des rencontres scientifiques.
  • Un auteur est employé par le National Pork Producers Council
  • Un auteur est employé par la National Cattlemen’s Beef Association et a des rapports contractuels avec Beef Checkoff. 

Ceci démontre une fois de plus que loin d'être une organisation neutre, l'OMS se trouve entre les fortes mains de l'industrie de la viande. Il est alors d'autant plus significatif que ces mêmes scientifiques ne puissent plus démentir le fait que les charcuteries sont cancérogènes.

Swissveg saluerait bien sûr le fait que ces résultats encourageaient à tirer des conclusions. Nous n'attendons cependant pas de réactions inhabituelles au sujet, vue que les rapports de force en Suisse ne diffèrent guère de ceux de l'OMS.

Par conséquent, la réaction essentielle doit venir de la part des consommateurs qui ne sont plus disposés à acheter ni à consommer des produits cancérogènes en donnant leur préférence aux aliments végétaux.

Notes de bas de page:
+ d'infos:

Publication actuelle de l'étude de l'OMS dans le journal scientifique Lancet Oncology: Carcinogenicity of consumption of red and processed meat, 26 octobre 2015.