Aller au contenu principal

Le WI à propos des gaz à effet de serre

2 chercheurs scientifiques en écologie ont recalculé et corrigé les chiffres de la FAO de l’an 2006 : Premièrement, la FAO qui s’engage à l’échelle mondiale pour une hausse de la consommation de viande, avait «ignoré» quelques données lors de ses calculs pendant qu’elle en a sous-estimé d’autres et mal classé plusieurs émissions. Ensuite, c’est à base de ces données insuffisantes qu’elle a calculé que la consommation de viande mondiale était responsable de 18% des gaz à effet de serre causés par l’homme. Cette part dépasse de loin celle constituée par l’ensemble du trafic international (voitures, camions, avions, bateaux, etc.).

Après la correction de cette erreur et l’adaptation des données à la situation actuelle de la «production d’animaux» (qui n’a cessé d’augmenter de 2006 en 2009 sur le mondial), les scientifiques ont constaté que les produits d’origine animale constituaient au moins 51% aux émissions de gaz à effet de serre sur le plan mondial !

Au lieu des 7'516 millions de tonnes de CO2-eq par an selon le calcul de la FAO, la production de denrées d’origine animale cause alors 32'564 millions de tonnes de CO2-eq par an !

Lors de calculs aussi vastes, il est en principe impossible de parvenir à des chiffres exacts. Bien que les auteurs de l’étude avaient travaillé avec des estimations conservatoires (donc avec des chiffres bas), il reste la possibilité que la part soit légèrement trop haute.
Or, on peut poser la question ce que cela changerait si au lieu de 51%, ce n’étaient en vérité «que» 45% ? Cela constituerait toujours environ le triple des dégâts climatiques produits par l’ensemble du trafic mondial.

Concrètement, cela signifie : même si on n’utilisait plus que des énergies alternatives sur le mondial, en échangeant toutes les ampoules par des ampoules à faible consommation d’énergie et en interdisant tous les avions et toutes les voitures, cela ferait moins d’effet positif sur le climat que si on passait de l’alimentation aux produits d’origine animale à l’alimentation végétale.

Source : "Livestock and Climate Change", Robert Goodland and Jeff Anhang, World Watch Magazine, November/December 2009, Tome 22, No. 6. 
Communiqué de presse du World-Watch-Institute : Livestock Emissions: Still Grossly Underestimated? 

 

Renato Pichler

 

Critique Swissveg de l'étude de la FAO : La position de la FAO à propos de l'élevage et de l'environnement

 

Ce que vous voyez vous plait-il ?

Soutenez-nous

Spenden
Mitglied werden