Le cuir, c’est de la fourrure sans poils

DruckversionPDF version
cuir_fourrure_sans_poils

L’industrie globale du cuir abat chaque année un milliard d’animaux pour transformer leurs peaux en chaussures, en vêtements, en sacs, en meubles et en accessoires divers. Jusqu’à ce que la peau d’un animal soit apte à la transformation, il faut des produits chimiques toxiques qui endommagent grièvement l’homme et la nature. 

Pas de différence entre le cuir et la fourrure

Le cuir, c’est de la fourrure sans poils et donc tout aussi rejetable que la fourrure. Au contraire de l’image courante que nous avons du cuir, celui-ci n’est pas un produit secondaire. La demande en est si grande qu’on doit abattre des animaux spécialement pour leur peau.  La plupart du cuir provient de Chine et d’Inde. Même pour les grandes entreprises il est impossible de tracer le parcours d’origine du matériel et de quelle peau il s’agit effectivement.

Et le cuir suisse ?

Seul environ un tiers d’un animal d’élevage abattu finit sur les assiettes suisses. Les deux tiers restants – la peau, les os, la graisse et les organes tels que le foie, le cœur et le poumon – passent pour des produits secondaires qui sont jetés ou retransformés. Le produit économique le plus important de l’industrie de la viande, c’est la peau des animaux. 

Ceux qui pensent porter du cuir suisse sur leurs chaussures ou leurs sacs passent loin de la réalité, car le cuir suisse n’existe pas par définition. La transformation du cuir suisse est tout juste un marché de niche. Les commerçants de cuir ne trouvent guère d’acheteurs produisant en Suisse faute de rentabilité.  Il n’y a pas de label pour le cuir suisse car nous n’avons pas de tannerie en Suisse qui serait en mesure de produire le cuir suisse pour les meubles et d’autres produits.2 

Que se passe-t-il avec les peaux d’animaux suisses ?

Les peaux animales issues d’abattoirs suisses sont vendues à l’étranger, la plupart par la maison Centravo à Lyss. Une tannerie en Italie par exemple qui en fabrique du cuir revend ensuite le produit en tant que cuir italien. Le cuir sous forme de chaussures, de sacs ou de vêtements en vente en Suisse ne provient très probablement PAS d’animaux d’abattage suisse, voire même pas d’animaux de l’Europe centrale : ce cuir de bœuf a une grande valeur due à l’élevage des animaux à l‘étable car il ne représente que rarement des blessures et s’avère par conséquent très approprié pour la fabrication de meubles et de cuir automobile. De fait, il est encore plus improbable que le cuir que nous achetons dans les magasins de chaussures en Suisse provienne d’animaux « heureux » suisses ou européens. Seule une petite partie des animaux d’abattage est alors transformée en cuir. Les produits de cuir en vente dans les magasins suisses proviennent des 65 milliards d‘animaux d’abattage du monde entier ; ils ont vécu bien au-delà de nos frontières où ils ont été abattus.

En règle générale, les peaux de porc ne sont pas recyclées en Suisse. Le boucher suisse laisse une grande partie de la peau sur le bacon. La peau de poulet est souvent mangée avec de la viande. Certains résidus de l'industrie de la viande sont également transformés en colle ou en gélatine.
Le secteur commercial Hides & Skins de Centravo traite environ 850 000 peaux et fourrures par an avec un poids total de plus de 16 000 tonnes. Environ 390 000 d'entre elles sont des peaux de grands animaux, environ 220 000 sont des peaux de veaux, environ 190 000 des peaux de moutons et d'agneaux et environ 45 000 des peaux de petits animaux (cerfs, chèvres, lapins, etc.). A titre de comparaison : Chaque année, plus de 60 millions d'animaux sont abattus dans des abattoirs en Suisse. Seule une petite partie des animaux abattus est transformée en cuir. Les produits en cuir dans les magasins suisses proviennent de l'un des 65 milliards d'animaux de ferme dans le monde qui ont vécu et ont été abattus hors de nos frontières.
Les peaux et fourrures sont collectées par Centravo Logistics dans les abattoirs ou les boucheries, refroidies, découpées, conservées (avec de la glace ou du sel), triées par type, qualité et taille, stockées et préparées pour l'expédition. Une grande partie des cuirs et peaux est vendue aux tanneries de l'UE, et certaines sont également vendues à d'autres continents. Après l'expédition, ils sont soumis aux dispositions légales moins strictes qui y sont applicables en matière de protection de l'environnement et de conditions de travail. Le prix d'achat cible d'une peau de vache est d'environ CHF 30.- (situation en novembre 2018).

D’autres entreprises suisses dans le domaine des peaux et de fourrures : Fa. Johann Hofstetter AG en Flawil et Fa. G. Neuenschwander Söhne AG en Oberdiessbach. Il existe aussi d’autres entreprises spécialisées plus petites.

Tanneries suisses

Aujourd'hui encore, il n'existe en Suisse plus qu'une seule tannerie qui transforme les peaux d'animaux de Centravo en cuir : la tannerie Zeller de Steffisburg, à Berne. La tannerie est spécialisée dans la production de peaux pour la production de fûts en cuir brut ou avec fourrure. Ils fabriquent également des ceintures, des sacs à main, des colliers de chien ou des lanières de clochette de vachette avec le cuir tanné. Les vaches qui sont sur le point d'être abattues portent ensuite la peau de leurs congénères, qui ont déjà purgé leur peine (agricole).
Les seules tanneries qui existent encore en Suisse sont mentionnées sur www.leder-gerbereien.ch.  
Tous les autres produits de cuir ne sont pas tannés en Suisse.

Marché global

"Könnes kämpft" a documenté le marché global du cuir. Etant donné que les grands fabricants de chaussures n’ont pas leur siège en Suisse, cette chaîne de production documentée vaut majoritairement aussi pour les produits en vente en Suisse.

Le cuir ne se porte pas – d’un point de vue éthique

Le marché des peaux et des fourrures est l’un des rares marchés proches de l’agriculture qui ne sont pas réglés. Cela signifie que la commercialisation mondiale des produits est soumise directement aux lois de l’offre et de la demande. En raison de l'absence de réglementation et de contrôle juridiques le marché du cuir n’est pas transparent et difficilement traçable. Avec l'achat d'un produit en cuir, on accepte que les animaux aient été élevés conformément aux réglementations étrangères en matière de bien-être animal : trop peu d'espace, trop peu de lumière, antibiotiques, castrations et retrait des cornes sans anesthésie, etc. De plus, il y a le transport jusqu'à l'abattoir et l'abattage.

Inde

Pour amener le bétail en Inde à un endroit où il peut légalement être tué, les animaux sont forcés de marcher à travers la chaleur et la poussière sans nourriture ni eau. Les animaux s'effondrent à cause du stress. Lorsqu'ils deviennent faibles et lents, ils sont battus à plusieurs reprises, bâillonnés, leur queue est cassée ou leurs yeux frottés avec du chili ou du tabac - une tentative maladive de les mettre en mouvement. Les commerçants utilisent des cordes nasales pour leur tordre le cou et la tête. D'autres vaches sont transportées entassées pendant des heures dans une remorque. La moitié des animaux sont morts avant d'arriver à l'abattoir. Ils sont généralement abattus à la hache et par sciage à l'aide d'une lame émoussée.

Inde – Vellore

  • Alimentation forcée des vaches au marché aux bestiaux pour les rendre plus belles : après une longue faim et soif sur le chemin du marché, l'estomac s'est rétréci, et le bétail souffre de l'alimentation forcée douloureuse. L'eau peut également pénétrer dans les poumons, ce qui peut être fatal pour les animaux.
  • Afin de minimiser les frais, les camions sont souvent surchargés de telle manière à ce que les animaux se cassent souvent les os des jambes lorsqu’ils s’effondrent. Les animaux ne peuvent guère bouger dans le camion.
  • Lorsqu’ils chargent le camion, les transporteurs coincent souvent la queue des bovins de manière à ce que les vertèbres caudales se fracturent, ce qui est très douloureux pour les animaux.
  • Les vaches sont abattues dans des États comme le Kerala du sud de l'Inde, où les hindous sont minoritaires. De plus, les animaux sont souvent transportés ou conduits sur de longues distances sans recevoir ni nourriture ni eau pendant cette période. Les bovins sont abattus sans anesthésie. Les bouchers tuent l'animal avec une entaille dans la gorge et le laissent saigner à mort. Il faut souvent plusieurs minutes pour que l'animal meure. Une mort atroce.
  • La peau est ensuite vendue pour l'équivalent de CHF 10.- à un marchand, qui la revend ensuite à une tannerie. Une grande tannerie qui produit du cuir pour Dosenbach et Ochsner Shoes - également pour la Suisse - traite chaque année plus de 432 000 peaux de bovins à Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde. Ni les entreprises ni la tannerie ne sont au courant de la provenance des bovins ou des peaux.

La Chine

La Chine est le premier producteur mondial de cuir. Il utilise également des peaux de chats de rue et de chiens pour les textiles. En Chine, les peaux et le cuir de ces animaux sont beaucoup moins chers que ceux des bovins coûteux.  Mais comment être sûr qu'un chaton ne devra pas mourir pour la veste en cuir que vous voulez ? Il n'y a aucune garantie. Même les marques de luxe ont recours à des peaux d'animaux provenant d'Inde, de Chine ou d'un autre pays sans qu'une loi sur le bien-être animal soit en place. "Il n'y a pas d'étiquetage ni d'obligation d'identifier l'animal d'où provient le cuir. Même le label de qualité "Made in Italy" n’est pas toujours synonyme de non-violence », dit le Dr Edmund Haferbeck de Peta à stylbook.de.

Les chiens et les chats sont matraqués à mort, battus à mort, étranglés avec des boucles de fil de fer et écorchés pour en faire des produits en cuir ou des garnitures en fourrure et des pompons à partir de leur peau. Ces produits sont exportés dans le monde entier pour être vendus à des clients peu méfiants. La peau des chiens et des chats est souvent déclarée à tort ou pas du tout et donc exportée en Europe. Les animaux sont souvent capturés dans les rues et souffrent terriblement jusqu'à leur mort.7

En achetant des produits en cuir, on ne peut jamais être sûr quel animal a été abattu pour la production et de quelle manière il a été torturé auparavant.  Vous aimez les chiens? Alors n’achetez pas de cuir svp. Peu importe s’il provient d’un chien, d’une vache ou d’un autre animal, le cuir n’est pas indispensable. Découvrez les alternatives au cuir animal sur http://swissveg.ch/Alternativesaucuir !

Bangladesh

C’est un des pays les plus pauvres au monde où des enfants meurent de faim chaque jour. Les hommes qui vivent dans ces conditions d’extrême pauvreté ne font pas attention à leur santé – ils doivent manger ! Le poison est omniprésent à Dhaka – la capitale du Bangladesh en Asie du Sud – dans l’eau, dans le sol, dans l’air. Il provient des nombreuses tanneries situés en ville au bord du fleuve Buriganga. La production de cuir est un des plus grands secteurs économiques du pays. Le quartier Hazaribagh compte parmi les lieux les plus pollués du monde entier. La pollution de l’environnement a de graves répercussions sur la vie de milliers de personnes et pousse la région au bord d’une catastrophe écologique. Des milliers de tonnes d’eaux usées polluent les eaux des habitants : jusqu’à 40.000 tonnes de déchets de tanneries non traités sont déversées directement dans la rivière Buriganga. Or la plupart des habitants du bord de la ville n’ont pas le choix, ils sont obligés d’utiliser l’eau polluée. Même les enfants travaillent dans les tanneries. Près de machines dangereuses et obsolètes. Les travailleurs perdent souvent des doigts ou des membres entiers lors d'accidents. Il n'y a pas d'assurance accident ou maladie. Un ouvrier de la tannerie gagne un peu moins de 30 euros par mois.9

Cuir exotique

La plupart des produits en cuir vendus proviennent de peaux de vachette et de veau. Cependant, le cuir est également fabriqué à partir de peaux de chevaux, moutons, agneaux, chèvres et porcs qui sont tués pour leur viande. D'autres espèces animales sont chassées et tuées uniquement pour leur fourrure et leur peau. Chiens, chats, zèbres, bisons, buffles d'eau, sangliers, kangourous, éléphants, anguilles, requins, dauphins, phoques, morses, grenouilles, tortues, crocodiles, lézards et serpents sont donc victimes de ce commerce cruel. Les kangourous sont abattus des millions de fois par an parce que leur peau est considérée comme un matériau de première qualité pour les chaussures de football. La star du football David Beckham, après avoir appris les méthodes cruelles utilisées par les chasseurs pour tuer les kangourous à l'agonie, est passé aux chaussures synthétiques en 2006.  Pour les cuirs exotiques, les animaux sont souvent écorchés vifs. Les grands serpents comme les pythons ont un tube inséré dans leur bouche. Les animaux sont ensuite pompés pleins d'eau pour que leur peau se détache. Les serpents sont souvent encore pleinement conscients lorsqu'ils sont martelés à travers la tête jusqu'à un arbre avec des crochets ou des clous et que leur peau est arrachée de leur corps. Ils se tortillent encore lorsque leurs corps écorchés sont jetés sur un tas et laissés sur place, jusqu'à ce qu'ils meurent finalement d'un choc ou d'un manque d'eau. Cela peut prendre plusieurs jours chez les reptiles. La liste des animaux qui doivent donner leur peau pour du cuir est très longue. L'industrie du cuir elle-même annonce dans une Video, la diversité de l'origine du cuir.10 

Risque pour l’environnement et la santé

La fabrication de cuir a des effets dévastateurs non seulement pour les animaux mais aussi pour la nature. En premier lieu, l’élevage d’animaux en soi est déjà responsable de la destruction de l’environnement sous forme de déboisements pour la culture de fourrages pour animaux ou encore par les grandes quantités d’émissions et d’excréments des animaux contenant du méthane. En deuxième lieu, après l’abattage, la pollution continue. Dans les tanneries industrielles, les peaux des animaux sont recouvertes par des tonnes de sel afin d’empêcher qu’elles ne pourrissent. En outre, le tannage du cuir met en danger la santé de toutes les personnes concernées par la production. L’emploi d’agents colorants, de sels de chrome, de pentachlorophénol (PCP) a des impacts négatifs également sur l’environnement. A part les substances toxiques, les eaux usées des tanneries contiennent aussi d’énormes quantités d’autres substances nocives telles que des protéines, des poils, des sels, de la boue de chaux, du sulfure et des acides. Une tannerie de chrome gaspille des milliers de litres d’eau et produit jusqu’à 1.000 kilos de déchets par tonne de peaux traitée (p.ex. des poils, de la chair, des déchets périphériques) ainsi que de grandes quantités de boue toxique.1516 

Préférer les tanneries végétales ?

Le tannage des peaux d'animaux avec des plantes prend beaucoup plus de temps et donc plus d'énergie et d'eau, ce qui a un impact négatif sur l'équilibre environnemental global. De plus, le cuir tanné végétal est généralement beaucoup plus ferme et ne convient donc pas à tous les articles en cuir. L'écorce, le bois ou les fruits de plantes ou d'arbres riches en agents tannants sont souvent clarifiés avec du sang de bovin ou de porc dans le processus de tannage afin de fixer les composants astringents. L'arrière du pelage égoutté (côté chair) est frotté avec du jaune d'œuf, de la lécithine de soja, de la cervelle ou des combinaisons de ceux-ci dissous dans l'eau pour le graissage.17  

 18

Cancer dû au chrome VI 

Une fois les animaux abattus, leurs peaux sont tannées. A l’heure actuelle, ce processus s’effectue presque essentiellement à l’aide de chrome (90% des cas), ce qui entraîne pourtant la dispersion de chromate dans les eaux usées.  Le chromate contient des composés de chrome VI, pouvant entraîner divers empoisonnements (0,5 g à 1 g sont mortels) et des dommages génétiques. En outre, il existe d'autres méthodes de traitement utilisant l'aluminium, le fer, le zirconium, le phénol, le crésol, le naphtalène ainsi que des huiles et revêtements. Cela a des effets non seulement sur l'environnement, mais aussi sur les personnes. Ce sont les travailleurs et travailleuses des pays en voie de développement qui portent les risques de l'industrie du cuir. En raison de l'absence de mises en garde contre les composés cancérigènes du chrome (IV), qui provoquent également des allergies douloureuses, les personnes qui travaillent dans les tanneries de ces pays sont en contact continuel avec le chrome et les eaux usées. Elles obtiennent leur eau potable en partie de rivières et de sources souterraines contaminées. C'est pourquoi, en particulier dans les environs immédiats des tanneries, les gens développent le cancer beaucoup plus fréquemment qu'ailleurs.919

Que puis-je faire ?

  • Achetez et portez des alternatives au cuir. Les matériels alternatifs sont souvent moins chers et ne contribuent pas à l’abattage en masse pour la production de viande ou à la chasse sauvage d’animaux ayant une peau magnifique.
  • Chez votre commerçant, demandez des articles sans cuir et encouragez les dessinateurs et les fabricants de chaussures à travailler avec des matériels alternatifs.
  • Découvrez les alternatives au cuir et renseignez-vous sur leurs points de vente.
  • En achetant des meubles ou une voiture, privilégiez les matériels sans cuir.

Dernière mise-à-jour: 05.03.2019
Notes de bas de page:
  1. World statistical compendium for raw hides and skins, leather and leather footwear 1999-2015, 2016. 6.11.2018
  2. Centravo, 2018. 6.11.2018
  3. Kassensturz Beitrag: Das grosse Leiden für unser Leder, 2014. 06.11.2018
  4. Earthlings, deutsche Version, 2014. 06.11.2018
  5. Kassensturz Reportage 2014. 06.11.2018 
  6. Falsche Etiketten von Ledertextilien koennen aus Hunde- oder Katzenhaut sein. Stylebook.de August 2018. 06.11.2018
  7. In China werden Hunde für Leder geschlachtet. Petazwei.de, 2015. 06.11.2018.
  8. MOVING WALLS zeigt "River Bleeds Black: Pollution of the Buriganga in Bangladesh", 2018. 06.11.2018
  9. ZDF Doku 37 Grad: Gift auf unserer Haut, 2013. 06.11.2018
  10. Hofmann, René (2008): Kängurus an den Füßen, Süddeutsche.de. 06.11.2018.
  11. Independent (2006): Beckham hangs up his boots (the ones made out of baby kangaroos). 06.11.2018
  12. Mail online (2007): Pythons skinned and left to die. The shocking reality behind fashion's new obsession. 06.11.2018.
  13. The Guardian (2013): Inside a snake slaughterhouse in Indonesia – in pictures. 06.11.2018.
  14. Veganblog.de (2017): 7 Gründe warum Leder unnatürlich ist. 06.11.2018.
  15. FAO (2001): COMMITTEE ON COMMODITY PROBLEMS. 06.11.2018.
  16. Miga.org (2012-2018): Environmental Guidelines for Tanning and Leather Finishing. 06.11.2018.
  17. Lederpedia (2012): Vegetabile Gerbung oder pflanzliche Gerbung auch Hirnbehandlung. 06.11.2018.
  18. BIldquelle Centravo (2018): Schulungsvideo Häute & Felle. 06.11.2018.
  19. Stiftung Warentest (2013): Chrom VI in Leder: Immer noch ein Risiko. 06.11.2018.
+ d'infos: