Foodwatch

DruckversionPDF version

foodwatch e. V. est une association à but non lucratif s’engageant dans le domaine des droits du consommateurs et de la qualité alimentaire.

foodwatch a été fondé en octobre 2002 à Berlin par l’ancien gérant de Greenpeace, Thiol Bode, qui dès lors est gérant et travaille dans le comité législatif de l’association. D’après ses propres indications, foodwatch compte plus de 25'000 membres en 2013. 

L’objectif de l’association selon ses statuts, c’est :

„Le conseil et l’information des consommateurs dans les domaines de la production agricole et alimentaire, du commerce et de la vente de biens de consommation ainsi que de la mise en place du service public.“

L’association se propose également des objectifs politiques, partant de l’avis qu’à l’heure actuelle, c’est l’industrie alimentaire qui dicte les règles du jeu à la politique. Par conséquent, foodwatch demande aussi des changements législatifs.

Source : Wikipedia, foodwatch

Position

L’association foodwatch voit des corrélations directes entre la protection du climat et l’agriculture. Voici sa position quant à cette dernière : 

L’agriculture offre des potentiels énormes quant à la protection du climat : l’émission de gaz à effet de serre pourrait être réduite de 60 %, ce qui correspondrait à une économie de 80 millions de tonnes de CO2 par an. La plus simple mesure, ce serait d’arrêter l’exploitation des sols de marais. Ceci permettrait déjà d’économiser 30 % des gaz à effet de serre. D’autres 20% pourraient être économisés par le passage à une agriculture écologique. Or, une réduction durable et à long terme des émissions de gaz à effet de serre de 60 à 80 % présuppose une réduction de la production de viande et de lait, vu que surtout l’élevage de bovins nuit au climat de façon significative.

Foodwatch voit les possibilités d’économie non seulement dans la consommation individuelle, mais il invite les politiciens à changer les réglementations agricoles : 

La politique agricole doit être partie intégrante de la politique du climat – en rapport avec des prescriptions d’économie concrètes. [...] Afin de rendre plus intéressante la production écologique, il faut faire valoir le principe pollueur-payeur : les frais écologiques doivent être pris en compte par celui qui les produit. Ceci rendrait moins cher les produits écologiques comparés à ceux dont la production cause de grands dégâts à l’environnement.

Source : foodwatch

Rapports utilisés sur cette page

Le rapport foodwatch „Klimaretter Bio?" est mentionné dans le chapitre sur les émissions de gaz à effet de serre agricoles. Le flyer illustrant les kilométrages km-Flyer, qu’on pourrait faire en voiture avec la quanité correspondante d’émissions CO2 causée par certains aliments se base également sur ce rapport.

Abstract : Le bio, ce n’est pas automatiquement plus écologique : Une personne qui mange souvent de la viande de bœuf bio nuit plus à l’environnement que les amateurs de la viande de porc issue de production conventionnelle. Le rapport foodwatch sur la base d’une étude de l’Institut pour la recherche économique écologique a donné des résultats intéressants à ce propos, en illustrant les points faibles de la politique du climat.

 

Dernière mise-à-jour: 29.07.2014