United Nations Organization (UNO)

DruckversionPDF version

Les Nations Unies (NU)/ United Nations (UN), souvent aussi appelées ONU pour Organisation des Nations Unies, est une union internationale de 193 États et un sujet intégral reconnu du droit international en tant qu'organisation internationale et globale.

Les tâches les plus importantes de l'organisation selon sa propre charte la garantie de la paix mondiale, le respect du droit international, la protection des droits de l'homme et la promotion de la collaboration internationale. Au premier plan, il y a également les soutiens sur les plans économique, social et humanitaire (voir aussi les objectifs de développement millénium de l'ONU).

Source : Wikipedia

Programmes et agences écologiques spécialiséesde l'ONU

« United Nations Environmental Programme » (UNEP)

UNEP est le programme écologique des Nations Unies (United Nations Environment Programme, UNEP) avec son siège à Nairobi, Kenia.

Selon Wikipedia, le programme se comprend lui-même comme „voix de l'environnement“ auprès des NU. UNEP agit en tant qu'iniciateur, avocat, professeur et médiateur pour le  maniement indulgent de l'environnement et du développement durable. Le programme collabore avec différents partenaires, dont d'autres agences spécialisées de l'ONU, d'autres organisations internationales, des gouvernements, des organisations non gouvernementales et des entreprises.

UNEP a été fondé en 1972.

Source : Wikipedia

« Food and Agriculture Organization » (FAO)

L'organisation de l'alimentation et de l'agriculture des Nations Unies est une agence spécialisée des Nations Unies avec son siège à Rome.

Sa tâche est d'améliorer, sur le plan mondial, la production et la distribution de produits agricoles en général et d'aliments en particulier dans le but de garantir l'alimentation et d'améliorer le niveau de vie. A cette fin, elle a p.ex. crée le Codex Alimentarius qui définit les standards internationaux de la sécurité alimentaire.

De fait, la FAO (d'après elle-même) s'engage contre la faim au niveau international. Elle se définit comme organisation neutre, active aussi bien dans les pays développés que dans ceux en voie de développement. Un de ses buts premiers, c'est notamment la mobilisation de l'agriculture dans les pays en voie de développement, où la FAO met l'accent sur la promotion de la production de viande et de la pêche.

Source : Wikipedia, FAO

« Intergovernmental Panel on Climate Change » (IPCC)

Le «Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat» (IPCC) a été fondé en novembre 1998 par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)  en tant qu'institution intergouvernementale afin de résumer l'état de la recherche scientifique pour les décideurs politiques.

Il reproduit une représentation cohérente de ce matériel dans les rapports IPCC Assessment Reports. La tâche principale de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) consiste en le jugement de risques du réchauffement global ainsi que dans la compilation de stratégies d'évitement et d'ajustement. Le siège du secrétariat de IPCC se trouve à Genève (Suisse).

En 2007, l'organisation a reçu le prix Nobel de la paix avec l'ancien vice-président américan Al Gore.

Depuis 2002, l'économiste indien Rajendra Kumar Pachauri est le directeur du IPCC. 

Source : Wikipedia

« United Nations Framework Convention on Climate Change » (UNFCCC)

La « Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) » est une convention internationale qui a pour but d'empêcher un dérangement dangereux du système climatique, de ralentir le réchauffement global et d'en réduire les impacts. En même temps, cette appellation englobe aussi le secrétariat qui accompagne la réalisation de la convention et qui a son siège à Bonn. L'engagement le plus important de la convention, c'est de veiller à ce que tous ses partenaires publient des rapports réguliers devant contenir des faits quant émissions actuelles de gaz à effet de serre et ses tendances.

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques a été adoptée le 9 mai 1992 à New York City et signée la même année par 154 États lors de la « Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement » à Rio de Janeiro. Elle est entrée en vigueur deux ans plus tard, le 21 mars 1994.

Les États contractuels de la convention actuels (2014), Die aktuell (2014) se rencontrent chaque année aux conférences des Nations Unies sur le changement climatique où sont débattues des mesures concrètes pour la protection du climat,

Source : Wikipedia

Position

En 2010, l'UNEP a publié l'étude « Assessing the Environmental Impacts of Consumption and Productionent » avec les les déclarations suivantes sans équivoque :

« [L'agriculture]  est repsonsable de 20% des gaz à effet de serre, de 60% des émissions de phosphore et azotiques, de 30 % des émissions toxiques en Europe - en particulier de réactifs. »

« A l'heure actuelle, déjà la moitié des terres mondiales et 70 % de la consommation mondiale en eau sont utilisées pour l'agriculture. » [p. 66]

« Une réduction significative de ces effets ne serait possible qu'avec un changement élémentaire de l'alimentation qui se distancie des produits d'origine animale. » [p. 82]

 

En 2006, la FAO a publié un rapport de 400 pages (Livestock a major threat to environment) sur le rapport entre l'élevage d'animaux et le changement climatique.

Déclaration centrale du communiqué de presse à propos de l'étude : 

« Selon le nouveau rapport de l'organisation de l'alimentation et de l'agriculture des Nations Unies (FAO), le secteur de l'élevage d'animaux (18 % mesuré en équivalents CO2) cause plus de gaz à effet de serre que le secteur des transports.  Il est également une grande source de ravinements et de la pollution de l'eau. »

 

Le Dr. Rajendra Pachauri, directeur du IPCC, a répondu à la question en disant ce que lui-même faisait pour la protection du climat :

« J'essaie de vivre modestement et d'éviter les déchets. En outre, je suis devenu végétarien. Ceci car la production d'un seul kilo de viande dégage plusieurs kilos de CO2. »

Source : Migros-Magazine No. 38, 17 septembre 2007

« L'après les sondages, les hommes sont préoccupés par leur empreinte en dioxyde de carbone et pour cela roulent moins en voiture etc. Or il est possible qu'ils ne réalisent pas qu'un changement de ce qu'ils mettent dans leur assiette pourrait avoir un effet beaucoup plus important. »

Source : BBC, 7.9.2008

 

L'ex-directeur de la UNFCCC, Yvo de Boer, s'est prononcé sur le problème de l'alimentation mondiale :

« La meilleure solution, ce serait que nous devenions tous végétariens. »

Sources : The Guardian, 2009 et BBC, 2008

 

La position est claire. Où sont les conséquences ?

Le 6 juin 2008 à Rome a eu lieu le Food Summit : " High Level Conference on World Food Security: the Challenges of Climate Change and Bioenergy ".

Malheureusement, cette conférence a été conclue sans offrir de véritables solutions. Cela n'étonne pas, étant donné que l'on n'a jamais posé la question où disparaissaient les aliments dont on prive les hommes. De même, les vraies causes du changement climatique restent un sujet tabou chez l'ONU.

Or les choses seraient en effet beaucoup plus simples. Il suffirait que l'ONU prenne au sérieux ses propres études et agisse selon ces dernières : Ce fut en 2006 déjà que l'organisation de l'alimentation mondiale de l'ONU avait publié un rapport démontrant clairement que la production de viande cause plus de gaz à effet de serre que l'ensemble du traffic mondial. Par conséquent, si on veut vraiment prendre des mesures contre le changement climatique, il faudrait se prendre aux causes dont la plus importante se trouve, chaque midi, littéralement sur la table : la viande.

Une stratégie globale pour la réduction de la consommation de viande n'aiderait pas uniquement le climat. L'abrègement de la chaîne alimentaire permet de produire jusqu'à 10 fois plus de nourriture sur un terrain, vu que le détour par l'estomac de l'animal est un processus très dépensier.

Quand l'ONU aura-t-elle le courage d'écouter ses propres experts pour mettre effectivement fin à la faim dans le monde au lieu de continuer uniquement le débat sur les symptômes ?

Rapports consultés pour ce site :

Dernière mise-à-jour: 08.07.2014