Chèvres

DruckversionPDF version

Sociables, les chèvres vivent en troupeaux au sein desquels elles expriment toutes leur propre personnalité. Elles sont joueuses et parfois carrément effrontées. D’une nature très amicale, les chèvres sont susceptibles de nouer des liens très forts avec les personnes qui s’occupent d’elles. Dotées d’une grande intelligence, elles ont l’apprentissage facile. 1

Faits intéressants

Fiche signalétique

  • Curieuses et intelligentes, les chèvres apprennent vite, en particulier lorsqu’il s’agit d’imposer leurs besoins.
  • La montagne est l’habitat naturel des chèvres, ce qui explique leur aisance à la grimpe, leurs acrobaties et leurs sauts téméraires.  
  • Lorsque l’on s’occupe de chèvres, on n’est jamais à l’abri d’une surprise. En effet, outre par leur curiosité, les chèvres se distinguent par leur inventivité. Elles aiment particulièrement « faire le mur » !
  • Elles sont belles, fières, rancunières et parfois comiques ! Certaines d’entre elles sont de véritables clowns.
  • Les chèvres n’ont pas une bonne entente avec les humains seulement, mais peuvent établir des liens d’amitié solides avec d’autres espèces animales, notamment avec les chevaux.
  • Il est toutefois une espèce avec laquelle la chèvre ne s’entend pas du tout : il s’agit du chien, qu’elle assimile au loup, son ennemi naturel. Lorsqu’elles se battent entre elles, les chèvres se poussent mutuellement au niveau de la racine des cornes. Pour attaquer un chien, la chèvre tentera de lui planter la pointe des cornes dans les tissus mous de l’abdomen.
  • Le mâle est appelé bouc ou menon (dans certaines régions) lorsqu’il est castré. 2

Faits intéressants

Les humains ont commencé à domestiquer la chèvre il y a 8000 à 9000 ans, faisant d’elle l’un des animaux de rente les plus anciens. Contrairement à la chèvre domestique, la plupart des chèvres sauvages figurent sur la liste des espèces menacées après avoir été chassées et braconnées pour leur chair ou comme trophées. De plus, elles doivent survivre dans des habitats de plus en plus restreints et sont en concurrence avec nos animaux domestiques.3

 

Besoins

Bouger

Les chèvres peuvent bondir haut et loin. Elles sont très habiles et souples dans leurs jeux. Afin de pouvoir se dépenser également lorsqu’elles sont à l’étable, elles doivent disposer de suffisamment d’espace et surtout ne pas être attachées. Il est attendrissant d’observer les chevreaux qui font les fous et s’amusent, car ils aiment sauter sur les supports les plus inattendus.4

Se reposer

À l’étable comme au pâturage, les chèvres doivent disposer d’un endroit sec pour se reposer. Elles n’apprécient pas l’humidité et encore moins les litières mouillées. 

Manger

Outre l’herbe, les chèvres apprécient les jeunes pousses et le feuillage des arbres et des arbustes. Pour leur permettre de « grignoter » même lorsqu’elles sont à l’intérieur, il faut donc leur proposer régulièrement des branchages frais portant quelques feuilles. Le nourrissage à l’étable risque de monter les chèvres les unes contre les autres, car elles respectent une hiérarchie stricte au moment des repas. Les chèvres dominantes repoussent alors les chèvres de rang inférieur. Chaque individu devrait donc disposer de son propre espace pour se nourrir.4

Se reproduire

Le mâle atteint la maturité sexuelle à l’âge de six à huit mois, la femelle pas avant une année. Polygame aussi bien en captivité qu’à l’état sauvage, la chèvre domestique peut se reproduire durant toute l’année dans les régions méditerranéennes et tropicales. Ailleurs, la période de reproduction couvre la belle saison. Après une gestation d’environ 150 jours, la femelle met bas entre un et trois chevreaux. Les petits se dressent sur leurs pattes et suivent leur mère très vite après leur naissance. La chèvre les allaite durant dix mois. Dès le cinquième mois, les chevreaux commencent à manger de la nourriture solide. Nourrir et élever les petits est l’affaire des chèvres-mères. Les boucs n’y participent pas.5

Nouer des liens sociaux

Très sociables, les chèvres ont un comportement grégaire très complexe. Elles ne doivent en aucun cas être détenues de manière isolée.6 

Chaque troupeau de chèvre est organisé selon une hiérarchie stricte scrupuleusement respectée par tous ses membres. La chèvre dominante signale quand il est temps de manger ou de se reposer. Il lui suffit souvent d’un regard un peu appuyé pour remettre à sa place une chèvre récalcitrante.2

 

Types d'élevage

Dans quelles conditions une chèvre souhaiterait-elle vivre ? Si on le lui demandait, elle réclamerait de pouvoir passer du temps à l’extérieur et à l’air libre. Elle a également besoin d’un abri lumineux, au sec et bien aéré. 

Fermes d’engraissement 

De nos jours, le lait de chèvre jouit d’une grande popularité, dépassant de loin celle de leur viande. Étant donné qu’elles ne produisent du lait qu’après avoir mis bas, les chèvres doivent enchaîner les gestations. Les chevreaux leur sont retirés peu de temps après la naissance. L’élevage des chevreaux n’étant pas du tout rentable, les producteurs de lait les vendent souvent quelques jours seulement après la mise bas. Les chevreaux mâles en sont les principales victimes puisqu’ils ne produiront jamais de lait. Ils passeront donc les quelques semaines qui les séparent de la mort dans une ferme d’engraissement, et ce dans des conditions souvent lamentables. Il n’est pas rare qu’ils soient livrés malades et sous-alimentés aux abattoirs où prendra fin leur courte vie.8

Pâturage

Le pâturage est sans aucun doute la meilleure façon d’élever les chèvres. À l’extérieur, elles sont libres de se comporter selon leurs besoins : elles peuvent se mettre en quête de leur propre nourriture, ce qui les tient en permanence en mouvement.

Sélection et production

Lait

La popularité des produits à base de lait de chèvre n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui en Suisse. La production de lait de chèvre a doublé en vingt ans au grand dam des chèvres-mères, mais surtout des nombreux chevreaux considérés comme des déchets qu’il faut tuer et éliminer.9

Viande

La demande en viande de chèvre est modeste dans notre pays. L’engouement pour le lait de chèvre entraîne toutefois des dommages collatéraux : pour pouvoir donner du lait, un mammifère doit par définition procréer. Les chevreaux n’ayant presqu’aucune valeur marchande, ils sont ensuite traités comme des déchets. L’élimination des chevreaux en surnombre et dont personne ne veut est le triste revers de la médaille de cette branche industrielle désormais florissante qu’est la production de lait de chèvre.10

Entretien du paysage

Les chèvres sont très appréciées pour l’entretien du paysage, car leur comportement alimentaire fait qu’elles débroussaillent les prairies, les lits des rivières et bien d’autres zones susceptibles d’être recolonisées par la forêt. Elles sont de précieuses auxiliaires lorsqu’il s’agit de maintenir les prairies et les pâturages en bon état. 

Laine

Chèvre cachemire 

La chèvre cachemire est élevée pour sa laine. Elle produit une longue fibre très fine, la laine de cachemire, nettement plus fine que la plus fine des laines de mouton et compte parmi les poils d’animaux les plus fins. D’une douceur extrême, elle a le toucher de la soie tout en étant très chaude. Par le passé, les pulls et les vêtements en cachemire étaient considérés comme des produits de luxe et vendus à un prix très élevé. Aujourd’hui, de plus en plus de clients peuvent se permettre d’acquérir ces fibres animales. Le cachemire est à la mode : même les chaînes de magasins de vêtement bon marché proposent des articles à un prix très abordable.

La Chine est le principal producteur de laine cachemire dans le monde. Pour obtenir la précieuse fibre, les animaux sont tondus, peignés ou encore dépilés sans aucun égard. En Chine et dans d’autres pays producteurs, les chèvres sont élevées dans de grandes fermes dans lesquelles elles souffrent le martyre et son cruellement mises à mort au nom de la production de pulls, de couvertures et de housses de canapé.11

Chèvres mohair ou angora 

La chèvre angora est une race de chèvre domestique élevée pour sa laine. Elle se distingue par ses longues oreilles tombantes. Sa toison blanche brille comme de la soie et retombe en longues boucles. Les boucs portent d’imposantes cornes en tire-bouchons. Les femelles ont des cornes plus courtes en forme de faucille. La laine de ces chèvres est commercialisée sous l’appellation « mohair » et utilisée pour la confection de tapis, de couverture et de tissus. Les conditions de production de cette laine sont parfois très cruelles. Tout doit aller très vite : les personnes responsables de la tonte saisissent et soulèvent les chèvres brutalement par les pattes, les cornes ou la queue. Il n’est pas rare que la colonne vertébrale des animaux soit brisée dans l’opération, également source de nombreuses blessures par coupure. De nombreuses chèvres meurent des suites de la tonte, lorsqu’elles sont exposées aux intempéries de l’hiver dépourvues de leur protection naturelle.12

Perturbations du comportement social

Les chèvres ont besoin d’espace et de liberté de mouvement. L’exiguïté couplée au manque de possibilité de retrait par rapport aux autres animaux est source de stress, de conflits et d’attaques. 

Dernière mise-à-jour: 15.10.2020
Notes de bas de page:
  1. Ziege: Geschichte, Lebensweise und Tipps zur Haltung, Das Tierlexikon, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  2. Die Biologie der Ziege, Planet Wissen, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  3. Capra, Wikipedia, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  4. Sind Ziegen wie Menschen oder ist es umgekehrt?, Schweizer Tierschutz Merkblatt, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  5. Hausziege, Tierdoku, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  6. Détention de chèvres, Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  7. Die Biologie der Ziege, Planet Wissen, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  8. Der Trend von Schaf- und Ziegenmilch und seine Folgen, visité pour la dernière fois le 16 septembre 2020
  9. Immer mehr Zicklein werden für Ziegenmilch getötet, Peta Schweiz, visité pour la dernière fois le 17 septembre 2020
  10. Gitzi als unerwünschtes Nebenprodukt, Bote, visité pour la dernière fois le 17 septembre 2020
  11. Kaschmir-China-Mongolei, Peta, visité pour la dernière fois le 17 septembre 2020
  12. Nach Peta-Gruselvideo: Händler verbieten Mohair, Kaschmir & Co., Tagesanzeiger, visité pour la dernière fois le 17 septembre 2020
+ d'infos:

Vers la page de la campagne : « L’animal et sa raison d’être »