Chevaux

DruckversionPDF version

Faits et données intéressantes

Fiche signalétique

  • Le cheval est un mammifère appartenant à la famille des ongulés à sabot unique.         
  • Les désignations demi-sang, sang-chaud et sang-froid n’ont rien à voir avec la température du corps. Il s’agit de types de chevaux qui se distinguent par le poids moyen et le tempérament. Les chevaux à sang-froid sont réputés être plutôt calmes et placides.     
  •  En fonction de la race et des conditions de détention, les chevaux ont une espérance de vie de 25 à 30 ans. Les poneys, quant à eux, vivent plus longtemps et peuvent atteindre l’âge de 50 ans.
  • Un cheval est adulte vers 5 à 7 ans.    

Faits intéressants

Surprenant

  • Le cheval est le mammifère terrestre aux yeux les plus grands.
  • Les chevaux boivent énormément : jusqu’à 60 litres d’eau par jour. 
  • Il existe environ 300 races de chevaux qui se distinguent aussi bien par leur physique que par leur tempérament. Il est difficile d’en faire l’inventaire précis.
  • Record de longévité : Old Billy, le cheval le plus vieux, a atteint l’âge de 62 ans.
  • Record de taille : Sampson, un hongre de la race Shire, mesurait 2,19 m au garrot pour un poids de 1524 kg.     
  • Cheval miniature : le plus petit cheval au monde affichait 35,5 cm au garrot.          
  • À cause de leur anatomie, les chevaux ne peuvent respirer que par les naseaux, jamais par la bouche.          
  • Les chevaux dorment généralement debout. Ils peuvent théoriquement aussi se coucher, mais cette posture augmente drastiquement leur consommation d’énergie.
  • Record de vitesse : malgré leur poids, les chevaux sont très rapides. 70,76 km/h, c’est la vitesse de pointe la plus élevée jamais enregistrée chez un cheval.
  • Vision panoramique: du fait du positionnement de leurs yeux sur le côté de la tête, les chevaux ont une vue à 350°. Leur seul angle mort se situe directement derrière leur croupe. Ils ont à la fois une vision monoculaire et une vision binoculaire (fuite et sécurité)..1

Besoins

Les chevaux sont des animaux grégaires. Ils sont dotés d’un remarquable instinct de fuite. Le troupeau est organisé selon une hiérarchie stricte. On les classe en deux types généraux d’après leur tempérament : 

  • nerveux – pur-sang     

  • calme et placide – sang-froid.

  • Un demi-sang est l’hybride d’un pur-sang et d’un sang-froid.1

Activité physique

À l’état sauvage, les chevaux passent près de 16 heures à brouter. Le cheval a besoin d’une activité physique intense : il doit avoir la possibilité de bouger quotidiennement, même en stabulation à l’écurie.1

Repos

Les chevaux peuvent dormir dans trois positions : debout, sur le ventre ou en position latérale. Les chevaux adultes se reposent en moyenne sept heures par jour, dont trois heures de sommeil et plus de trois heures de somnolence. Les poulains dorment nettement plus longtemps.

Alimentation

Les chevaux ne devraient pas jeûner durant plus de quatre heures. Ils ont besoin de mâcher pour activer la sécrétion de la salive indispensable à la neutralisation des acides gastriques. Il faut compter environ 1,5 kg de foin par 100 kg de poids comme apport minimal.1

Reproduction et poulinement

Les juments atteignent l’âge de la reproduction entre 12 et 18 mois. Les étalons atteignent la maturité sexuelle entre 12 et 20 mois. Les juments sont en chaleur tous les trois mois environ. La gestation dure onze mois. Le poulain se dresse sur ses jambes une vingtaine de minutes après sa naissance. Il cherche alors très vite à téter. Le poulain tète 30 à 50 fois par jour. Il pourra se passer de lait maternel après environ six mois.

Contacts sociaux

Les chevaux identifient leurs amis et leurs ennemis à l’odeur. Les chevaux d’un même troupeau reconnaissent l’appartenance d’un congénère à leur groupe même après plusieurs années de séparation. Pour cela, ils reniflent bruyamment en retroussant leur lèvre supérieure. Cette posture est appelée le flehmen. Lorsqu’ils se retrouvent face à un congénère, les chevaux rapprochent leurs naseaux comme pour se saluer à leur manière. Ils reconnaissent également les humains à leur odeur et peuvent se montrer perturbés en présence de certains parfums. 

Deuil

Oui, les chevaux montrent des signes de deuil. Très sociables, ils se préoccupent beaucoup des membres de leur troupeau. Lorsqu’un congénère ou une personne à laquelle ils se sont attachés vient à disparaître, ils traversent une phase de deuil. Les juments éprouvent également un sentiment de deuil si on les sépare trop tôt de leur poulain.

 

Conditions de détention

C’est l’article 7 de l’ordonnance sur la protection des animaux qui s’applique en l’occurrence. Les logements et les enclos doivent être construits et équipés de façon à ce que:
    a. le risque de blessure pour les animaux soit faible;
    b. les animaux ne soient pas atteints dans leur santé, et
    c. les animaux ne puissent pas s’en échapper.
Dans l’idéal, une écurie est lumineuse et bien aérée, recouverte de paille fraîche en suffisance et offre la compagnie de congénères. La détention en isolement n’étant pas conforme aux besoins des chevaux, il est interdit, en Suisse, de les tenir à l’écart d’autres chevaux.

Le cheval comme animal domestique

Les ancêtres sauvages des chevaux vivaient dans les steppes d’Asie. Il y a plusieurs milliers d’années, les humains ont domestiqué ces animaux habitués à fuire au grand galop. Aujourd’hui, la Suisse recense environ 90 000 équidés (chevaux, poney, ânes, mules et mulets). Ces dernières décennies, les chevaux se sont de plus en plus éloignés du statut d’animaux de rente au profit de celui d’animaux domestiques, notamment pour le sport.2

Équitation

Lorsqu’il est question d’équitation, les avis divergent même parmi les véganes. Toujours est-il qu’un cheval, même traité avec douceur et respect par les humains, préférerait la vie en pleine nature au milieu d’un troupeau à toute activité physique en compagnie de l’humain. Il rêve de liberté et de grands espaces sans mors dans la bouche ni selle ou cavalier parfois très lourd sur le dos. Même si le cheval « se laisse faire » et s’est pris d’affection pour le ou la cavalière, cela ne signifie pas qu’il apprécie d’être monté. Porter des humains ou d’autres charges sur son dos ne fait AUCUNEMENT partie des besoins d’un cheval. Le cheval n’ayant aucun droit de déterminer de son propre sort, il est tout bonnement exploité par l’humain.
« Que ce soit avec ou sans équipement, l’équitation provoque toujours les mêmes dégâts aux tissus. Le frottement permanent de la selle entraîne des nécroses. Celles-ci apparaissent d’abord sur l’os et s’étendent ensuite sous la forme, par exemple, de taches blanches à la hauteur de la selle. Elles passent donc souvent inaperçues, mais leurs effets sont comparables, aux escarres dont sont victimes les patients devant rester alités de façon prolongée. S’ajoutent à cela des problèmes aux articulations et sur le squelette, lorsque le dressage des chevaux est entamé, comme c’est bien trop souvent le cas, avant la fin de leur croissance: les chevaux de certaines races n’atteignent leur maturité complète qu’à cinq ans. » 3 – Katharina Stäheli

Élevage

Dans notre pays, les chevaux sont élevés pour le dressage ou la course ainsi que pour les sports équestres en général, mais pas pour leur viande.  « Seuls les animaux d’élevage surnuméraires ou les chevaux de labeur et de loisirs sont abattus. Même la clinique vétérinaire de Zurich ne fournit à la boucherie qu’une trentaine sur les quelque 170 animaux tués pour raisons médicales, dont la moitié sont destinés au nourrissage des animaux de zoo. La plupart des chevaux sont euthanasiés, puis incinérés soit parce que le propriétaire émet ce souhait, soit parce que les traitements prodigués en amont ne laissent pas d’autre choix. Bell fait exception avec ses semaines d’abattage organisées à Cheseaux en automne. Lorsque les éleveurs éliminent les poulains, le nombre d’animaux abattus oscille alors entre 100 à 200. » (NZZ am Sonntag, 17.02.2013)

Le cheval comme animal de rente

Lorsqu’il naît, un poulain se voit automatiquement attribuer le statut d’animal de rente. S’il est destiné à vivre comme un animal domestique, il doit faire l’objet d’une déclaration correspondante. Un animal de rente peut être abattu et rentabilisé de la sorte, alors qu’un animal domestique mort doit être incinéré. Puisque la viande de cheval peut être vendue pour la consommation, seules certaines substances peuvent être administrées aux chevaux en cas de traitement vétérinaire. Tout animal à quatre pattes déclaré comme « animal de rente » peut à tout moment voir son statut transformé en « animal domestique ». L’inverse n’est pas possible, car on ne pourrait alors plus vérifier quelles substances le corps du cheval contient qui pourraient contaminer sa viande.4

Les chevaux ne sont toutefois pas exploités uniquement pour leur viande, leur labeur ou les sports équestres : en Amérique du Sud des chevaux sauvages souffrent le martyre pour satisfaire les dérives de l’agriculture européenne. Ils sont capturés et placés dans des « fermes à sang » où on prélève leur sang. Cette torture répond à un marché qui génère des millions de bénéfices. La gonadotrophine chorionique équine (eCG pour equine chorionic gonadotropin) est extraite du sang des juments porteuses et envoyée en Europe, où elle est utilisée principalement dans les élevages porcins pour faciliter le travail lors de la mise bas et faire en sorte que les truies donnent naissance à leurs petits en même temps. Les exploitants des fermes à sang ponctionnent jusqu’à 10 litres de sang (environ le quart du volume sanguin du cheval) sur les juments porteuses, et ce une à deux fois par semaine sur une période de onze semaines. Le corps souffre énormément de ce traitement qui coûte chaque année la vie à près du tiers des « donneuses » parce qu’elles sont simplement abandonnées à leur sort ou parce qu’elles sont abattues en raison de leur infertilité subséquente. Les « fermes à sang » comptent parmi les meilleurs fournisseurs des abattoirs spécialisés dans les chevaux. Quant aux poulains, s’ils ne meurent pas dans le ventre de leur mère, ils sont sacrifiés par avortement comme un sous-produit indésirable. Après chaque série de prélèvements et avortement successifs, les juments doivent redémarrer une gestation le plus rapidement possible, étant donné que l’hormone eCG n’est présente dans le sang que durant les premiers mois de gestation.5,6,7

Le produit vétérinaire Folligon n’est désormais plus autorisé en Suisse. L’hormone P.G.600 fabriqué par MSD Animal Health GmbH par contre oui. 

Étourdissement et abattage

L’animal est étourdi à l’aide d’un pistolet à goujon, moyennant un coup appliqué directement au cerveau. La pièce d’acier transperce la calotte crânienne, se fraie un chemin jusqu’au cerveau et détruit celui-ci. Ensuite, les animaux sont égorgés pour qu’ils se vident de leur sang.

 

 

 

 

Dernière mise-à-jour: 03.09.2020
Notes de bas de page:
  1. Das Pferd, Grundlegende Fakten. Reitarena, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  2. Pferde richtig halten, Zürcher Tierschutz, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  3. Pferde reiten, Swissveg, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  4. Pferd als «Nutztier» – ohne Konsequenzen?, Pferdewoche, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  5. Hormon aus Pferdeblut für die Schweinezucht, Tierschutzbund, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  6. Stuten leiden für unser Schweinefleisch, SRF, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020
  7. PMSG Zusammensetzung, Tierarzneimittel Kompendium der Schweiz, zuletzt aufgerufen am 03. September 2020